Drame des migrants, Michel Onfray traite le bourreau de la Libye, BH Lévy, de « Con...»

Par Gary SLM
Publié le 09 septembre 2015 à 10:00 | mis à jour le 09 septembre 2015 à 10:00

Bernard-Henri Lévy, c’est l’homme qui était en première ligne lors de la guerre contre le colonel Mouammar Kadhafi en Libye. Il s’est prononcé sur la polémique concernant les migrants, notamment sur l'impact médiatique du corps sans vie du jeune syrien trouvé sur une plage en Turquie. Le philosophe Michel Onfray qui était présent sur le plateau de BFMtv lors de son intervention n'a pu garder son sang froid.

Dans son intervention sur BFMtv, Bernard-Henri Lévy qui a incité Nicolas Sakozy à intervenir en Libye a déclaré, à propos du drame de la plage de Bodrum :

« ...Il peut arriver qu’une image, lorsqu’elle fait ainsi le tour du monde, ait cette vertu d’éveiller les consciences. De casser la mécanique froide des chiffres, de donner un visage à tout ce qui n’était jusque-là que des statistiques. C’est difficile de dire cela parce qu’un enfant qui meurt, il meurt d’abord pour rien. Il meurt de manière atroce, mais elle peut avoir cette petite vertu-là, je le crois, oui c’est possible ».

plage de Bodrum, le corps d'un jeune migrant
Le corps du petit garçon migrant décédé et trouvé sur la plage de Bodrum

Effaré d’entendre parler de la sorte une personne dont l'action en Libye a aussi crée ce type de drames, Michel Onfray a perdu son sang froid en s'attaquant vivement à Bernard-Henri Lévy et aux politiciens.

"Non, mais il n’a pas honte lui ? Franchement...", lance l'écrivain avant de rajouter : "Il se permet de rester caché, je vais citer … Les cons ça ose tout, c’est grâce à ça qu’on les reconnait, parce que franchement, avec ce qui advient aujourd’hui, il ferait bien de rester chez lui."

"Voilà quelqu’un qui a invité à bombarder la Libye, qui a invité à tuer des Libyens sous prétexte qu’en tuant des Libyens ont rendrait possible la démocratie. On a détruit un état qui valait ce qu’il valait, mais avec lequel on pouvait discuter. On pouvait discuter avec un interlocuteur qui était Mouammar Kadhafi. Là, on ne peut plus rien faire avec la Libye. C’est une base extraordinaire pour le terrorisme aujourd’hui."

Clairement remonté contre Bernard-Henri Lévy, Onfray est allé plus en s'interrogeant : "Responsable de rien ? Coupable de rien ? Bernard-Henri Lévy vient nous expliquer qu’il faudrait ceci qu’il faudrait cela. On a vu des photos de lui d’ailleurs donnant des conseils à des gens qui combattent…, il y a juste un moment où il faut avoir un peu de pudeur. Tous ces gens qui ont rendu cet enfant mort, et bien Bernard-Henri Lévy en fait partie. « Il est complice ? » Oui évidemment !"

Michel Onfray s'attaque ensuite à la politique interventionniste de la France en rajoutant : "Évidemment, il est complice comme d’autres sont complices. Le président de la République d’hier (Nicolas Sarkozy) et d’aujourd’hui (François Hollande) qui défendent exactement la même ligne, qui disent aujourd’hui « alors là c’est effrayant cette photographie...», c’est effrayant, mais ce sont des criminels ces gens-là. Leur politique est criminel, on devrait commencer par arrêter cette politique.

Un chef d’État qui voudrait être chef d’État dignement en France aujourd’hui pourrait dire « on arrête cette politique internationale et on en aura une autre, plutôt indépendante.» On a plus les moyens.»

Des cris d'immigrés échoués sur une plage de Bodrum ont alerté les autorités turques qui ont porté secours aux rares rescapés. Depuis, la diffusion massive de la photo du jeune garçon, Twitter, Facebook et tous les réseaux sociaux sont en branle. Mais que le monde se rassure, cette vague d'indignations va très vite s'estomper et le petit monde va reprendre sa petite vie dans les pays où tout va bien.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus