CPI : Menaces contre la Défense de Laurent Gbagbo.

Par Gary SLM
Publié le 23 septembre 2015 à 21:56 | mis à jour le 23 septembre 2015 à 21:56

Alors que la date du procès du président Laurent Gbagbo est fixée au 10 novembre 2015, Me Emmanuel Altit, l'avocat principal du président Laurent Gbagbo, signale les "dangers" qui planent sur les membres de son équipe et porte de graves accusations contre le régime d'Alassane Dramane Ouattara. Il avait même sollicité un report dans la procédure, selon BBC Afrique.

Laurent Gbagbo en attente du jugement

Accusé devant la Cour Pénale Internationale (CPI) de crimes contre l'humanité lors de la crise post-électorale de 2010-2011, le procès du président ivoirien Laurent Gbagbo s'ouvrira, selon la CPI, dans un communiqué : "le 10 novembre 2015, afin d'entendre les déclarations d'ouverture des parties et participants". Le Front populaire Ivoirien (FPI) a reconduit depuis le 30 avril dernier le président Laurent Gbagbo à la tête du parti en Côte d'Ivoire. Comme décision, le FPI avait annoncé son "refus de participer à la présidentielle" d'octobre prochain, exigeant notamment "la libération du président Laurent Gbagbo, le candidat naturel du FPI", pour revenir sur leur décision.

Pendant ce temps, Me Emmanuel Altit, a sollicité un report en date du 16 septembre 2015 dans la procédure du futur procès, vu que des " dangers" planent, selon lui, sur les membres de son équipe.

Bien lire ce document de 19 pages

Dans le document de 19 pages, déposé devant le juge Geoffrey Henderson, président de la Chambre de première instance, Me Altit rappelle que le pouvoir d’Abidjan, par ses agissements, porte atteinte aux enquêtes de la défense: "Lors du procès, parce que la Défense aura réuni un grand nombre de preuves, il y aura nécessairement débat sur la vraie nature du régime installé en 2011 (…). Depuis ses débuts, le régime est un régime non-démocratique ". Que doit donc faire la CPI?




Afficher les commentaires
Articles les plus lus