Tourisme sexuel, les "gros dégueulasses" sévissent...

Par Gary SLM
Publié le 12 octobre 2015 à 16:58 | mis à jour le 12 octobre 2015 à 16:58

Les "gros dégueulasses" sont des personnes vivant dans la licence totale sans aucune borne morale. Ils n'accordent pas d'importance à " l'âge", concevant le "droit de jouissance" dont ils disposent comme la règle de tous les possibles. Pour ces derniers, si l'homme a le droit de manger les fruits mûrs ou verts d'un arbre, il a aussi le droit de jouir des enfants, des jeunes ou des adultes. Nos sociétés actuelles sont infestées et affectées sexuellement à cause des "gros dégueulasses" déchaînés.

Les "gros dégueulasses" pédophiles et l’État.

On ne peut oublier de si tôt ces pervers illustres dont l'un en France, précisément à Lyon, qui a volé l'honneur de milliers de fillettes malheureuses qu'on embarquât sur Rhône une fois le scélérat satisfait de sa débauche. Aujourd'hui, la nouvelle figure de ce triste fait réel est "le tourisme sexuel". Les pédophiles se propagent en ce moment partout. Sur les trottoirs de Manille aux Philippines, la prostitution enfantine sévit; à Goa, en Inde, les amours juvéniles sont célébrés; en Thaïlande, au Sénégal sur l'île de Gorée, l'esclavage sexuel s'est substitué à la Traite négrière.

Ces pédophiles sont pour la plupart des touristes australiens, américains, japonais, allemands, britanniques et français. En Asie du Sud-Est, à cause de l'extrême misère des populations, filles et garçons se prostituent, offrant ainsi 5 milliards de dollars soit 14% du PIB à leurs États.

Au nom du droit au plaisir.

La chair et le sang frais des enfants accroissent l'économie touristique par le biais de pédophiles qui, en voulant recréer leur jeunesse et leur sensualité et guérir de leur "agonie", passent le clair de leur temps à voyager. Mais qu'attendons-nous pour agir ?


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus