Cameroun : l'économie camerounaise est en berne, le FMI rassure l'Etat

Par Gary SLM
Publié le 07 janvier 2016 à 18:53 | mis à jour le 07 janvier 2016 à 18:53

L'économie camerounaise traverse en ce moment une zone de turbulence qui la rend fragile. Alors que le spectre du déficit budgétaire plane et se fait plus présent, le FMI préfère calmer le jeu et souhaite mettre en avant la solidité du secteur financier camerounais. Christine Lagarde y séjourne depuis ce jeudi 7 janvier, nous rapporte RFI.

L'économie camerounaise a toujours la confiance du FMI

L'économie camerounaise est actuellement en proie à des difficultés qui plombent sa croissance.Longtemps considéré comme l'une des rampes de lancement de la Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique Centrale (CEMAC), le Cameroun ne fait plus rêver ou du moins n'a pas réussi à matérialiser toutes les attentes des experts de la haute finance internationale. Plusieurs facteurs sont à l'origine de ce "black out économique".

De prime abord, la chute des cours du pétrole mettent à mal la stabilité économique du pays. Autre facteur non négligeable, c'est la fuite des investisseurs étrangers qui craignent une escalade de violence avec la montée en puissance de Boko Haram dans la région. C'est une menace réelle qui coûte très chère au Cameroun qui ne cesse d'investir d'importantes sommes d'argent pour renforcer son dispositif sécuritaire. Pendant que certains évoquent l'avènement imminent d'une banqueroute, les institutions de Bretton Woods à l'instar du Fonds Monétaire International (FMI) qui croit encore au Cameroun.

Christine Lagarde, la directrice de cette institution financière internationale a entamé une visite de travail depuis ce jeudi sur le sol camerounais. En provenance du Nigeria voisin, elle doit s'entretenir aujourd'hui même avec le président Paul Biya et les responsables chargés de conduire la politique économique du pays. La rencontre prévue avec les ministres des Finances des six pays membres de la Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Équatoriale, RCA et Tchad) se tiendra, quant à elle, demain.

Avec une croissance réelle de 5,5 % en 2015 contre 5,1 % en 2014, Yaoundé a une économie diversifiée qui ne repose pas entièrement sur l'or noir mais qui souffre d'une fragilité hors du commun. Autre fait notable : la corruption est un fléau qui gangrène ses institutions, faisant perdre à l'Etat de grosses sommes d'argent chaque année.

Que préconisez-vous pour relever l'économie camerounaise ?


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus