Côte d'Ivoire : procès Robert Guéï, la défense pète les plombs et accuse le Juge

Par Gary SLM
Publié le 23 janvier 2016 à 10:29 | mis à jour le 23 janvier 2016 à 10:29

Le Général Robert Guéï alimente en ce moment l'actualité ivoirienne. Retrouvé mort le 19 septembre 2002 dans les rues d'Abidjan (la capitale économique de la Côte d'Ivoire), l'ancien chef de la junte militaire est au centre d'une procédure judiciaire visant à faire la lumière sur sa mort. La défense ne croit pas à l'impartialité du tribunal militaire et l'a fait savoir ce vendredi à l'APA.

Robert Guéï au coeur de la polémique

Le corps sans vie de Robert Guéï a été découvert il y a environ quatorze ans (en septembre prochain). Initialement prévu pour le jeudi 21 janvier dernier, le procès a été renvoyé au 25 janvier prochain pour raison de procédure. La défense crie déjà au scandale à quelques jours de l'ouverture de l'audience.

Au nom de la défense, Me Rodrigue Dadjé a démonté les décisions du Juge qu'il considère contraires à la loi : « L'attitude disproportionnée du juge qui de surcroit s'est fourvoyé sur l'existence de la loi d'amnistie de 2003, ne nous rassure pas, quant au caractère équitable de ce procès et au respect des droits de la défense. Contrairement aux règles de courtoisie et de délicatesse existant entre Magistrats et Avocats, le juge a cru bon de menacer la défense, qu'il a qualifiée de pas sérieuse et qui essayerait d'induire le Tribunal en erreur. »

Me Dadjé poursuit : « Il revient au juge de vérifier l'existence ou non du texte de loi invoqué avant de se prononcer, soit en le prenant en compte ou en l'écartant des débats. le Règlement n° 05/CM/UEMOA relatif à l'Harmonisation des Règles régissant la Profession d'Avocat dans l'Espace UEMOA, confère à l'Avocat, l'immunité pour ses paroles et écrits au cours des procès et celui-ci n'a donc pas à s'excuser pour ce qu'il plaide ou écrit même quand il aurait tort. »


Dans le cadre du procès de Robert Guéï, vingt-deux suspects sont dans le box des accusés dont le Général Bruno Dogbo Blé, le Commandant Anselme Séka Yapo dit Séka Séka et l'ex-première dame, Simone Ehivet Gbagbo. Plusieurs témoins se succéderont à la barre en l'occurrence le Président du Front Populaire Ivoirien (FPI), Pascal Affi N'Guessan.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus