Côte d'Ivoire : mort de Guéï, Ange Kessi "C'est Gbagbo qui a donné le feu vert"

Par Gary SLM
Publié le 17 février 2016 à 09:49 | mis à jour le 17 février 2016 à 09:49

Ange Kessi était au prétoire ce mardi 16 février. Objectif : poursuivre son réquisitoire dans le cadre du procès sur l'assassinat du Général Robert Guéï. A ce propos, le procureur militaire s'en est pris aux nommés Anselme Séka Yapo dit Séka Séka et à Bruno Dogbo Blé, et n'a pas manqué d'accuser Laurent Gbagbo, d'après Alerte Info.

Ange Kessi relance le débat sur la mort de Guéï.

Ange Kessi a estimé que les sieurs Séka Séka et Dogbo Blé ont commandité le meurtre de Robert Guéï, son épouse, Rose Doudou Guéï, et toute sa garde rapprochée. Selon le procureur militaire, les deux hommes ne pouvaient pas agir seul. C'est pourquoi le chef du parquet militaire a accusé ouvertement l'ex-chef de l'Etat ivoirien, Laurent Gbagbo d'être le principal instigateur de cette tuerie : « C’est Gbagbo qui a donné son feu vert pour tuer le Général Guéi. »

Le magistrat a requis la prison à perpétuité pour l'ancien commandant de la Garde Républicaine, Dogbo Blé, et la prison à vie pour Séka Séka, ex-aide de camp de l'ancienne première Dame, Simone Ehivet Gbagbo (actuellement incarcérée). La partie civile a exigé de l'Etat de Côte d'Ivoire le paiement de la somme de 110 milliards de francs CFA au titre des dommages et intérêts.


A l'ouverture du procès, Ange Kessi, dans son réquisitoire, avait déclaré : « Gueï a été extirpé de la cathédrale avant d’être tué de deux balles tirées de deux armes différentes. C’était sur le boulevard de la Corniche, à Cocody. Puis les meurtriers sont allés à sa résidence pour abattre son épouse d’une balle dans la tête. Le deuxième commando a, lui, arrêté tous les membres de la garde rapprochée du général, dont le capitaine Fabien Coulibaly, son aide de camp à sa résidence du quartier de l’Indénié, au Plateau, avant de les exécuter à Sébroko, un sous-quartier de la commune d’Adjamé. »


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus