Burkina : la justice veut la peau de Blaise Compaoré. Le ministre Alpha Barry fait le point

Par Gary SLM
Publié le 29 février 2016 à 09:36 | mis à jour le 29 février 2016 à 09:36

Alpha Barry a dit sa part de vérité sur la naturalisation très controversée de l'ex-chef de l'Etat burkinabè, Blaise Compaoré par les autorités ivoiriennes. Présent sur les antennes de la radio Oméga ce dimanche 28 février, le chef de la diplomatie burkinabè a profité de la tribune de l'émission "dimanche politique" pour afficher la volonté du gouvernement d'oeuvrer vaille que vaille pour qu'il soit extradé.

Alpha Barry voit d'un mauvais oeil la naturalisation de Compaoré.

Alpha Barry digère mal la naturalisation on ne peut plus suspecte de l'ancien président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, alors que celui-ci est sous le coup d'un mandat d'arrêt international lancé contre lui par la justice burkinabè pour son implication présumée dans l'assassinat du Capitaine Thomas Sankara le 15 octobre 1987. Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération et des Burkinabè de l’extérieur voit en cette démarche de la Côte d'Ivoire, une manoeuvre dilatoire d'empêcher que l'ex-locataire du palais de Kosyam réponde de ses actes devant les instances judiciaires. Il l'a clairement signifié : « Mon sentiment est que quelqu’un qui a été chef de l’Etat et qui a incarné le pays pendant de longues années cela pose un problème et il devait pouvoir rentrer et répondre à la justice. »

Sur cette question, Alpha Barry rejoint par la même occasion le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré qui a déclaré lors d'une interview accordée à TV5 Monde : « Nous avons par ailleurs appris qu’il a acquis la nationalité ivoirienne et que par conséquent, selon des textes, on ne doit pas extrader des Ivoiriens vers d’autres pays. Pour l’instant, notre mandat d’arrêt est toujours d’actualité en ce qui le concerne. Tout le monde passera au Tribunal, sera jugé et écopera de la peine qu’il mérite. »


Afficher les commentaires
Articles les plus lus