Procès à la CPI : à la recherche de la liberté, Gbagbo et Blé Goudé retrouvent le box des accusés

Par Gary SLM
Publié le 07 mars 2016 à 10:58 | mis à jour le 07 mars 2016 à 10:58

Gbagbo et Blé Goudé comparaîtront ce lundi 7 mars devant la Cour Pénale Internationale (CPI), a-t-on appris de Rfi. Ouvert le 28 janvier dernier, le procès de l'ancien chef de l'Etat ivoirien et de son dernier ministre de la Jeunesse avait été suspendu pendant deux semaines.

Gbagbo et Blé Goudé seront acculés par un cinquième témoin.

Gbagbo et Blé Goudé seront de nouveau sous les feux des projecteurs. Objet de tous les regards, leur procès, très médiatisé, rouvre ses portes ce lundi. Entre les l'audience d'ouverture, les interventions du Bureau de la procureure, de la défense, la divulgation des noms des témoins (une bourde de la CPI) et de la succession à la barre de plusieurs témoins à charge, beaucoup d'eau a coulé sous le pont. De part et d'autre, on reste optimiste quant à l'issue de cette affaire. Accusés de crimes contre l’humanité pour leur implication présumée dans la crise post-électorale ivoirienne, les deux prévenus espèrent bien recouvrer la liberté. Le parquet dit détenir toutes les preuves pour les incriminer. Le cinquième témoin de l'accusation sera entendu en ce jour.

Lors de l’audience à huis clos du 5 février dernier, le conclave supposé être à l’abri des regards indiscrets va vite se transformer en débat public. Ignorant le fait que les micros de la salle n’étaient pas fermés, le substitut du Procureur, Eric MacDonald passa aux aveux en révélant les noms des Généraux de corps d’armée Phillipe Mangou (ancien chef d’état-major de l’armée ivoirienne sous Laurent Gbagbo), Edouard Tiapé Kassaraté (ex-Commandant supérieur de la Gendarmerie nationale) et un certain Sam l’Africain (membre de la galaxie patriotique). L’enregistrement a fait le tour des réseaux sociaux en une fraction de seconde.

Lors de sa prise de parole, Charles Blé Goudé avait pris fait et cause non seulement pour lui-même mais aussi pour Laurent Gbagbo : « Laurent Gbagbo n’a pas sa place en prison. Il est une chance pour la réconciliation. Blaise Compaoré n’est pas que le déstabilisateur de la Côte d’Ivoire. Il déstabilise toute la sous-région. Aucune goutte de sang ne crie contre moi. »


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus