Chine : le gouvernement chinois veut donner la chance aux étudiants étrangers de se former

Par Gary SLM
Publié le 11 mars 2016 à 13:12 | mis à jour le 11 mars 2016 à 13:12

La Chine mène une campagne de sensibilisation en vue d'inciter les étudiants étrangers à s'installer massivement sur son territoire. L'exemple de Hoàng Quý témoigne du dynamisme et des avantages du système éducatif chinois. Cet étudiant vietnamien. a été admis l’année dernière à l'Université normale du Yunnan, dans le sud-ouest de la Chine, pour étudier le commerce international, note Le Quotidien du Peuple.

La Chine crée les conditions pour faciliter l'intégration des étudiants étrangers.

Le cas du Vietnamien Hoàng Quý permet de mieux comprendre les sacrifices consentis par la Chine en vue de permettre aux étudiants étrangers d'être heureux loin de leurs pays d'origine. Grâce à ses très bons résultats aux tests HSK, il a obtenu une réduction de moitié de ses frais de scolarité. Quant à son futur plan de carrière, il a dit qu'après son diplôme, il travaillera dans le commerce entre la Chine et le Vietnam. Après la connexion entre l’initiative chinoise « Une ceinture et une route » et le projet vietnamien « Deux couloirs et un cercle », les échanges bilatéraux et la coopération sino-vietnamienne dans le domaine de l'éducation et de la formation continuent à se développer. Selon les statistiques, chaque année, environ 13 000 Vietnamiens vont faire des études en Chine. Le gouvernement chinois souhaite faire du pays une terre d'accueil par excellence, un paradis pour les études.

Pékin fait la promotion de l'éducation.

L'histoire de Hoàng Quý est un exemple typique des efforts de la diplomatie chinoise pour promouvoir la coopération internationale dans l'enseignement. Ces dernières années, le bilan de la diplomatie chinoise s’est montré pour le moins positif, et il a également donné naissance à une coopération fructueuse dans le domaine de l'éducation.

En septembre 2015, lors de la visite d'État du Président chinois Xi Jinping aux États-Unis, la Chine a annoncé que lors des trois prochaines années, elle accordera une aide financière à 50 000 étudiants. Dans les faits, il s'agira pour les deux pays d'étendre leur coopération à l'enseignement. Ce qui permettra aux étudiants américains de venir étudier en Chine et inversement.

En plus, les États-Unis ont annoncé qu'ils allaient étendre leur programme d’apprentissage du chinois « hundreds of thousands strong » des universités vers les écoles primaires et secondaires d'ici 2020 pour atteindre leur objectif d’un million d'étudiants américains apprenant le chinois. Les deux parties apportent leur soutien au partenariat entre think tanks universitaires. Un forum Sino-Américain des think tanks universitaires est organisé chaque année, pour renforcer la coopération entre les universités et les établissements d'enseignement des deux pays et promouvoir des projets de diplomatie publique.

En juin 2015, lors de la visite du Premier ministre chinois Li Keqiang en France, la Chine et la France ont décidé de commencer les négociations et la mise en œuvre du programme sino-français « 1 000 stagiaires ». En novembre, les deux parties ont signé l'accord, annonçant qu’ils recevront chacun 1 000 stagiaires de l'autre pays.

En juin 2014, lors de sa visite en Grande-Bretagne, le Premier ministre Li Keqiang, a annoncé que dans les cinq prochaines années, la Chine enverra 10 000 élèves de ses écoles publiques en Grande-Bretagne, et que le Ministère de l'Éducation a été inclus dans ce programme de travail.

Le gouvernement chinois multiplie les actions dans le domaine de l'éducation.


Les statistiques relatives à ce sujet montrent que, en 1995, il n’y avait que 71 institutions d'éducation engagées dans une coopération avec l’étranger dans toute la Chine. En décembre 2015, le nombre d’institutions de projets de coopération sino-étrangers avait atteint 2371. À l'heure actuelle, le nombre d’étudiants de tous niveaux se trouvant dans divers types d’établissements scolaires gérés dans le cadre de la coopération éducative sino-étrangère est estimé à 560 000, dont 460 000 environ dans l'enseignement supérieur.

Tous ces accords et ces chiffres montrent la nouvelle vitalité que la diplomatie chinoise a injectée dans le domaine de la coopération éducative entre la Chine et d'autres pays. De nombreux experts ont souligné que la coopération éducative et culturelle est une partie importante des relations entre pays. Cela peut permettre de construire une plateforme d’échanges non gouvernementaux, de promouvoir le dialogue et le partage d'expériences, d'approfondir la compréhension mutuelle et la reconnaissance de la diversité culturelle et améliorer la qualité et le niveau d'éducation. Les échanges entre étudiants chinois et ceux des autres pays fait progresser l’exposition et les échanges en matière de compétences, de talents et culture traditionnelle, aident aussi à éliminer les divergences, rapprocher les esprits, et de faire passer un message d’optimisme et d’amitié.

Depuis plusieurs années, la Chine a vigoureusement encouragé la construction d'une interopérabilité, préconisé l’ouverture de nouvelles voies pour rapprocher les gens, les règles et les esprits. La coopération dans l'éducation est le meilleur soutien qui soit à la construction de la route des esprits, socle des échanges culturels ont besoin.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus