Burkina : Roch Kaboré veut absolument punir les crimes de Blaise Compaoré

Par Gary SLM
Publié le 24 mars 2016 à 09:45 | mis à jour le 24 mars 2016 à 09:45

Roch Kaboré veut passer la gestion de ses prédécesseurs au peigne fin. Le chef de l'État burkinabè multiplie les actions pour y arriver. En procédant à l'installation du Haut Conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) le mardi 22 mars, il a tenu à marquer d'une perte blanche sa volonté de mettre fin à l'impunité, apprend-on de la Présidence de la République du Burkina Faso.

Roch Kaboré s'accroche au passé.

Roch Kaboré a tenu à présider la cérémonie de lancement officiel des activités du Haut Conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) qui s'est déroulée le mardi 22 mars 2016.

Devant un parterre d'invités issus de toutes les forces vives de la nation, Roch Kaboré a insisté sur la nécessité de ne laisser aucune infraction impunie, qu'elle ait eu lieu durant les vingt-sept ans de règne de Blaise Compaoré ou sous le régime de la transition dirigé par Michel Kafando et Isaac Yacouba Zida : "Au-delà du traitement des cas spécifiques de crimes de sang, de crimes politiques, de crimes économiques et de traumatismes divers dont il faut éviter la récidive, il est utile et indispensable d’appréhender les causes de ces transgressions et d’en éradiquer les germes et les causes depuis leurs racines."

Lors de la rentrée politique de son parti, le président de l'Union pour le progrès et le changement (UPC), Zéphirin Diabré a attiré l'attention du pouvoir en place sur un fait qui l'intrigue : "On se demande si la nomination de secrétaires généraux adjoints de ministères est une priorité dans le contexte financier difficile. Cela ne contribue pas à réduire le train de vie de l'État. Nous espérons que ce ne sont pas des postes créés pour contenter les militants du parti au pouvoir insatisfaits."


Afficher les commentaires
Articles les plus lus