Burkina Faso : Terrorisme, l'Arabie Saoudite avec Roch Kaboré

Par Gary SLM
Publié le 04 mai 2016 à 14:16 | mis à jour le 04 mai 2016 à 14:16

L'Arabie Saoudite va soutenir le Burkina Faso dans la lutte contre le terrorisme. Roch Kaboré effectue en ce moment même une visite à Riyad qui va durer jusqu'au 5 mai. Le président du Burkina Faso a été reçu en audience par sa Majesté le roi Salman bin Abdulaziz Al Saoud, selon la Présidence.

Lutte contre le terrorisme, Roch Kaboré arrache le soutien de Riyad

Roch Kaboré, le chef de l'État du Burkina Faso va prochainement pouvoir compter sur le soutien de l'Arabie Saoudite dans la lutte contre le terrorisme. À l'issue de ses échanges avec Sa Majesté le roi Salman bin Abdulaziz Al Saoud, le nouvel homme fort de Ouaga a signé un accord de coopération avec le dirigeant saoudien pour lutter contre ce fléau transnational qu'est devenu le terrorisme. Ainsi, Simon Compaoré, ministre burkinabè de la Sécurité et le Prince Mohamed bin Nayef Bin Abdulaziz Al SAOUD, ministre de l’Intérieur et responsable du pôle sécuritaire ont signé le document y afférent.

Le sécurocrate en chef du pays des hommes intègres lève un coin de voile sur les termes de cet accord : « Un volet de l’accord porte sur le terrorisme. Il va nous permettre dans le cadre de cette lutte commune de faire des échanges au niveau des informations et des renseignements qui sont très utiles pour neutraliser toutes les forces négatives. » Ce volet comprend également l'équipement en logistiques des Forces de Défense et de Sécurité burkinabè, aussi bien en matière de renseignements que pour les interventions.

De même, le ministre de la Sécurité a évoqué « la lutte contre le blanchiment d’argent et la criminalité sous toutes ses formes » qui est également une préoccupation prise en compte par les deux pays.

Après son élection le 29 novembre dernier, le président Roch Marc Christian Kaboré a engagé des offensives diplomatiques pour repositionner son pays sur l'échiquier international. Les attentats du Splendid Hôtel, le 15 janvier dernier, lui ont ouvert les yeux sur la nécessité de bien sécuriser son pays contre la menace terroriste.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus