Côte d'Ivoire : après le viol des étudiantes, l'Etat décide

Par Gary SLM
Publié le 06 juin 2016 à 11:18 | mis à jour le 06 juin 2016 à 11:18

En Côte d'Ivoire, après le viol des étudiantes sur le Campus de l'Université Félix Houphouët-Boigny, l'Etat se réveille enfin de sa léthargie pour prendre certaines dispositions vis-à-vis des hommes en armes.

L'Etat de Côte d'Ivoire contre le viol

C'est un gouvernement en Côte d'Ivoire remonté enfin contre le viol qu'il nous a été donné de voir au travers la décision prise récemment contre les hommes en armes qui violent sans aucune considération pour leur corporation. Que ceux qui sont chargés de la sécurité des personnes et des biens puissent eux-mêmes s'adonner à de tels bassesses, c'est dire que l'Etat n'a plus sa raison d'être. Voilà ce qui a sûrement réveillé le gouvernement ivoirien pour prendre de nouvelles dispositions pour mettre un terme au viol des femmes en Côte d'Ivoire par les hommes en tenues.

548 cas de violences sexuelles ont été relevés entre 2012 et 2013 en Côte d’Ivoire à cause la crise post-électorale de 2010. Les autorités ivoiriennes décident de mettre fin à ces pratiques avec la création d’un comité national de lutte contre les violences sexuelles liés aux conflits. Le comité est chargé de coordonner au sein des institutions de sécurité nationale, les efforts du gouvernement en vue de la prévention et de la réponse aux violences sexuelles liées aux conflits.

Il est également chargé de la lutte contre l’impunité vis-à-vis des crimes de violences sexuelles commis par des hommes en armes.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus