Côte d'Ivoire : Soro Guillaume et Alassane Ouattara, la crise de confiance demeure

Par Gary SLM
Publié le 28 septembre 2016 à 14:35 | mis à jour le 28 septembre 2016 à 14:35

Le tandem politique que forment Mrs Soro Guillaume et Alassane Ouattara souffre toujours d'une terrible crise de confiance. Entre les deux hommes, fidèles depuis leur rencontre dans tous les quatre cent coups perpétrés contre la Côte d'Ivoire, ce n'est plus l'idylle très remarquée des amours rebelles d'autrefois.

Soro Guillaume et Alassane Ouattara en guerre froide

Au sommet du régime d'Abidjan, se bataillent froidement Soro Guillaume et Alassane Dramane Ouattara. Par militants, comités de soutien, cadres du RDR, cérémonies de dons de circonstance, personnes anonymes, réseaux sociaux interposés, les deux espoirs de groupes différents d'individus issus de la rébellion armée et sanglante se combattent tacitement mais très sérieusement.

LaLettre du continent révèle même à ce sujet que cette crise de confiance voire cette perte entre les deux hommes de l'affection "parentale" (père-fils) est désormais consommée : " En froid depuis plusieurs mois avec Guillaume Soro, Alassane Ouattara va jusqu'à changer la terminologie qu'il utilisait jusqu'à présent en privé pour qualifier le président de l'Assemblée nationale ivoirienne. Alors qu'il réservait à ce dernier l'expression "mon fils" pour marquer une certaine affection, le chef de l'Etat n'appelle plus désormais l'ancien chef rebelle que par son prénom Guillaume ", a précisé la Lettre du continent.

Au nom de l'anticipation si chère en politique, M. Soro Guillaume ne veut pas se laisser surprendre à l'approche de 2020, d'ailleurs comme ses adversaires à la succession dont les noms ont été énumérés par un communiqué du Rassemblement des républicains (RDR), Hamed Bakayoko, Jeannot Ahoussou Kouadio, Patrick Achi, Niamien N'goran et Amadou Gon Coulibaly dont le nom avait été omis à dessein.

Si la nouvelle constitution ne fait plus de Soro Guillaume le Dauphin constitutionnel, si la Vice-présidence ne lui revient pas, s'il est avéré que M. Alassane Dramane Ouattara veut effectivement l'écarter pour de bon de la course vers le Fauteuil présidentiel, c'est que l'hypocrisie en politique est vraiment irrémédiable. Quand on voit M. Soro contraint à mobiliser dans son fief (Bouaké) pour faire passer la nouvelle constitution, et quand en dépit de cela les nouvelles issues des coulisses ne sont pas satisfaisantes pour le PAN, que faut-il espérer les jours à venir?

Sinon, un autre 19 septembre 2002 ou un autre 11 avril 2011...à cause des méthodes inchangées et inchangeables du fils perdu!


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus