Côte d'Ivoire / Référendum : l'opposition de Ouattara regarde au financement

Par Gary SLM
Publié le 11 octobre 2016 à 18:34 | mis à jour le 11 octobre 2016 à 18:34

Pour aller au Référendum, l'opposition fabriquée par Ouattara réclame sa part de financement comme l'exigent le code électoral depuis 2000. Aussi bien pour ceux qui iront dans le sens du "oui" que ceux du "non". Le Pr Bamba Moriféré, le porte-parole de cette Coalition, a pris les devants.

L'opposition ivoirienne tenue par le financement de Ouattara

Pour donner leur caution au Référendum de Ouattara, l'opposition qu'il s'est acquise au prix de pots-de-vin et de pièces sonnantes et trébuchantes revient encore à la charge parce que les comptes tardent à être bons comme lors de la présidentielle. La Coalition que conduit le Pr Bamba Moriféré réclame sa part du financement en s'appuyant sur la Constitution de 2000 que M. Alassane Dramane Ouattara veut remplacer en ce moment.

Écoutons les souvenirs du code électoral évoqués par le Pr Bamba Moriféré :« Bulletin unique ; Urne transparente ; Dépouillement publique des bulletins de vote ; Proclamation des résultats dans les bureaux de votes ; Remise d’un exemplaire original de procès-verbal aux différents représentants ; Accès équitable des partisans du Non et du Oui aux médias de service public ; Représentation égale au sein des bureaux de vote ; Représentation en raison de deux (2) représentants du Non et du Oui à la commission centrale de la CEI ; Sécurisation de la campagne électorale et du vote ; Financement public que la campagne,» a t-il rappelé.

Le porte-parole de la Coalition dans l'attente du financement a ajouté ceci : « Ces conditions minimales acquises de haute lutte par le peuple ivoirien, qui ont prévalu à toutes les élections depuis 2000, s’imposent et constituent une exigence sine qua none pour la tenue effective du référendum du 30 octobre 2016 dans le respect des standards internationaux en la matière », a t-il dit pour conclure.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus