Côte d'Ivoire : un pays à réinventer !

Par Gary SLM
Publié le 24 octobre 2016 à 12:10 | mis à jour le 24 octobre 2016 à 12:10

La Côte d'Ivoire est un pays de l'Afrique de l'Ouest, riche de 23 millions d'habitants et d'une superficie de 322.462 km². Bien réunie en ses parties fortes d'une soixantaine d'ethnies qui ont accepté de vivre dans un Etat moderne, un Etat de droit, des crises politiques très prononcées (1990, 2002, 2004, 2010-2011), viendront mettre le pays en lambeau. Comment retrouver ou réinventer la Côte d'Ivoire ?

Appel à réinventer la chère Côte d'Ivoire!

La Côte d'Ivoire va effectivement très mal. Tout se passe comme si les hordes de l'Enfer au grand complet, avec Lucifer en tête, s'étaient déchaînés sur ce beau pays de toute espérance africaine et humaine tout simplement. Les filles et fils du pays sont divisés. Par peur des représailles du régime Ouattara, certains ivoiriens par hypocrisie s'efforcent à entretenir des relations avec les Nordistes vus comme ce pour qui la France, l'Onu et les rebelles en coalition se sont emparés de la terre des Ivoiriens, foulant au pied la souveraineté de la Côte d'Ivoire et déchirant tous les jours sa Loi Fondamentale (la Constitution).

Pour la première fois de son histoire, la Côte d'Ivoire sans dignité aucune se targue d'avoir déporté à la Cour Pénale Internationale (CPI) deux illustres Ivoiriens, le Président Laurent Gbagbo et le Ministre Charles Blé Goudé. La France, le Maroc, le Ghana, le Bénin...abritent jusqu'à ce jour de nombreux Ivoiriennes et Ivoiriens en exil politique, craignant pour leur vie de rentrer au pays, leur pays, parce que là aussi se trouvent des détenus politiques (Simone Gbagbo, Assoa Adou, Hubert Oulaye, Banouakou Koua Justin,Dahi Nestor, Dogbo Blé, Moïse Lida Kouassi, Jean-Noël Abéhi, Seka Seka Anselme...et des militants), qui ont trois issues: la mort après d'horribles tortures, demeurer en prison sans jugement et sortir de prison par la grâce de Dieu ou simplement parce que sur le point de mourir et donc lâcher pour éviter de porter la peine d'une mort.

Voilà la réalité que vivent au quotidien les Ivoiriens depuis Avril 2011 à côté de la misère, de la pauvreté, du chômage, des emplois précaires, du népotisme, du "rattrapage ethnique", du mensonge d'Etat, des agressions (les "microbes"), et des choses semblables sans nombres à l'oeuvre au pays d'Houphouët-Boigny. Comment sortir de cette impasse? Comment réinventer la Côte d'Ivoire?

Des Ivoiriens proposent, à cause du projet actuel de M. Alassane Dramane Ouattara au sujet de la nouvelle constitution apprêtée sans une Assemblée Constituante selon que la Constitution des Ivoiriens le recommande, de créer des ateliers par quartiers en Côte d'Ivoire pour rédiger un texte constitutionnel qui sera l'oeuvre d'analphabètes, de lettrés, d'érudits doctes, de juristes avertis, etc. mais qui aura l'originalité d'exprimer réellement la volonté du peuple ivoirien, certes. Cependant, en même qu'ils font cette merveilleuse proposition, ils s'attendent à un libérateur comme les Juifs s'y attendaient aussi sous la domination et l'oppression romaine, au temps de Jésus-Christ qui fut présenté par les Écrits bibliques comme étant ce Libérateur là.

Est-ce là l'espérance des Ivoiriennes et des Ivoiriens? On peut dire oui vu les prières que multiplient les chrétiens avec larmes, pleurs et cris terribles appelant à la résurrection de la Côte d'Ivoire dans une nouvelle espérance, car celle que connaît en ce moment le pays est putréfiée et dans une corruption trop avancée. C'est pourquoi, la réinvention de la Côte d'Ivoire s'impose en toutes ses composantes : " c'est hyper utile de ne plus déléguer son sort à quelques uns qui qu'ils soient, faut réinventer l'espérance , la vraie démocratie, " lançait un citoyen ivoirien lambda désemparé et très remonté par l'information suivante délivrée:

" Le régime RDR fait faire tous les jours des audiences foraines. Or lesdites audiences sont faites pour donner des jugements supplétifs tenant lieu d'acte de naissance pour les enfants qui n'ont pas été déclarés au service d'état-civil pour des raisons ou d'autres. Il se trouve que les communes rdr délivrent ces jugements supplétifs à des ressortissants étrangers surtout burkinabés, maliens, guinéens et nigériens, en même temps que des certificats de nationalité qui leur permettent de se faire établir des cartes d'identité nationales. IL en est à plus de trois millions de cni distribuées et qui serviront aussi à voter. L'exemple le plus frappant est la commune de Yopougon, où à la mairie délocalisée pour raison de réhabilitation au quartier Wassakara où ces individus obtiennent facilement les cni en une semaine, alors que les ivoiriens de souche, on leur demande le nom de leur village et région mettent trois mois voire plus pour obtenir leurs pièces d'identité ", conclut-il.


Voilà l'origine des crises intraitables. Si ces choses sont fondées et perdurent, qu'adviendra t-il de la Côte d'Ivoire? Réinventer le pays lui évitera sûrement le chaos!


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus