Côte d'Ivoire - législatives : au FPI, Affi et Sangaré d'accord sur leur désaccord

Par Gary SLM
Publié le 14 novembre 2016 à 11:01 | mis à jour le 14 novembre 2016 à 11:01

Les deux branches du FPI ont du mal à s'accorder sur la conduite à tenir concernant la politique nationale. Pour la prochaine législature, tandis que le camp Affi entend y participer, les pro-Sangaré appellent au boycott.

Totale divergence entre les leaders du FPI

Le Front populaire ivoirien (FPI), le parti créé par Laurent Gbagbo, est-il dans la tourmente ? Tout pourrait porter à le croire, eu égard à la profonde divergence d'idéologies affichée par les leaders des camps opposés. En effet, la tendance dite radicale conduite par Aboudrahamane Sangaré s'est résolument inscrite dans une politique de boycott tous azimuts des élections. Après la présidentielle et le référendum, « les Gbagbo ou rien » rejettent une fois de plus les législatives. Ils entendent ainsi « rester en phase avec les populations ». Selon eux, « les Ivoiriens, dans leur majorité, n'ont pas confiance en ce régime ». À quoi bon aller donc à des élections dont les dés sont pipés d'avance ? Pour Koné Boubacar, leur porte-parole : « Nous sommes dans un État où les élections n'ont jamais été libres et transparentes. »

À rebours, la branche dirigée par Pascal Affi N'guessan ne l'entend pas de cette oreille. Pour cette autre tendance qui s'est visiblement inscrite dans le jeu politique ivoirien, la politique de la chaise vide est contre-productive. À cet effet, les partisans de l'ancien Premier ministre ivoirien confirment leur participation effective aux législatives 2016. Aussi, sur 255 sièges à pourvoir à l'Assemblée nationale, ce sont au total 210 candidats que présente cette tendance modérée. Il y a tout de même des voix discordantes qui se font entendre. Surtout celle de Jichi Mohamed dit Sam L’Africain (Nacip) qui se plaint d'un certain mépris et d'une discrimination au sein de l’Alliance des forces démocratiques (AFD).

Notons que les élections législatives ivoiriennes sont prévues pour le 18 décembre prochain. Chaque staff est donc en train d'affuter ses armes pour y prendre part, selon sa ligne de conduite. Mais, tandis que le RHDP, coalition au pouvoir, est en train d'afficher une certaine cohésion, l'opposition, quant à elle, semble être désorganisée. Les différents leaders semblent tout à fait d'accord sur leur désaccord.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus