Cote d’ivoire : Soulèvement à Akouédo, tirs à Bondoukou et Anyama

Par Gary SLM
Publié le 07 janvier 2017 à 14:10 | mis à jour le 07 janvier 2017 à 14:10

Le camp d’Akouédo a rejoint ce samedi la mutinerie qui secoue la Côte d’Ivoire depuis vendredi. Des habitants proches de ce camp militaire d’Abidjan signalent des coups de feu et l’installation de barrages sur différentes voies d’accès à ce camp. Pendant ce temps, le président Ouattara a quitté le pays, selon plusieurs sources, pour participer à la prestation de serment de Nana Akufo-Addo au Ghana.

Akouédo entre dans la danse, les Ivoiriens retiennent leur souffle

Dans la nuit de jeudi à vendredi, des militaires mécontents avaient tiré plusieurs coups de feu dans la ville de Bouaké. Plusieurs commissariats de la ville et des camps militaires sont tombés dans les mains de ses soldats révoltés qui réclament des promesses non tenues par le pouvoir en place. Très rapidement, plusieurs grandes villes de l’intérieur du pays comme Dalao, Odienné, Man et Korhogo ont rejoint le mouvement.

Ces dernières heures, ce sont les militaires d’un camp d’Abidjan, Akouédo, qui sont entrés dans la danse. La grogne se propage donc dans tout le pays alors que le ministre de la Défense, M. Alain Donwahi doit se rendre à Bouaké. Sa mission est de trouver un accord avec les soldats en colère pour leur retour dans les casernes.

Pendant ce temps, on apprend que le président ivoirien Alassane Ouattara s’est envolé pour le Ghana. Il devait y prendre part à la cérémonie de prestation de serment du nouveau président. Pour certains, ce voyage maintenu par le président de la Côte d’Ivoire est un mépris de la situation en cours dans le pays. Il aurait dû sursoir à ce déplacement pour régler ce problème visiblement plus important avant qu’il ne débouche sur un coup d’État. La situation reste très tendue dans le pays où des tirs sont également annoncés à Bondoukou et Anyama.

Ouattara au Ghana

Pour d’autres, le président a maintenu ce déplacement parce que certain de contenir une nouvelle fois la colère de ces mutins. Le problème est tellement mineur qu’il aurait préféré maintenir son voyage pour assister à l’intronisation de son ami Nana Akufo-Addo, nouvellement élu au Ghana voisin.

La cérémonie étant terminée, les Ivoiriens se demandent si’l va revenir à Abidjan où un conseil des ministres extraordinaire est annoncé pour ce samedi à la présidence. Si malgré la fin de la cérémonie au Ghana le président ne rentre pas, plus d'une personne pourrait penser qu'il s'est exilé dans ce pays voisin le temps que ses hommes règlent la situation. Cette colère des militaires, il faut noter, est déclenchée par dernière annonce du président de céder le pouvoir à la fin de son mandat.

Les soldats qui ont combattu pour son accession au pouvoir attendent toujours les 7 millions CFA et une maison qui leur avaient été promis.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus