Attentat de grand-Bassam : Barkhane arrête le présumé cerveau au Nord-Mali

Par Gary SLM
Publié le 12 janvier 2017 à 10:32 | mis à jour le 12 janvier 2017 à 10:32

Fin de cavale pour le cerveau supposé de l'attentat de Grand-Bassam. Mimi Ould Baba Ould Cheikh a été appréhendé au Nord-Mali par la force française Barkhane sur alerte des services secrets maliens.

Le présumé meurtrier de Grand-Bassam arrêté

La vérité pourrait être enfin sue sur la tragédie qui a secoué la station balnéaire de Grand-Bassam en mars dernier. En effet, les soldats français de l'opération Barkhane viennent de mettre le grappin sur Mimi Ould Baba Ould Cheikh, ce jihadiste invétéré qui est considéré comme le cerveau présumé de l'attaque. Ce coup de filet a été possible grâce à la dextérité des fins limiers maliens qui pistaient l'individu depuis longtemps. Ainsi, ont-ils passé l'information aux forces françaises qui n'ont pas eu du mal à le « cueillir ». De Gao au Nord-Mali en passant par l'Algérie, tous les déplacements de ce terroriste étaient suivis. En attendant son transfèrement vers Bamako, il se trouve pour l'instant sous la surveillance de Barkhane.

Notons que l'attentat de Grand-Bassam, perpétré le 13 mars 2016, avait été revendiqué par AQMI. Le bilan officiel de cette attaque est de 22 morts, dont deux terroristes et 33 blessés. Aussi, plusieurs personnes supposées liées à cette tragédie, dont Kounta Dalla et Barry Batesti, ont-elles été arrêtées. Avec l'arrestation de leur compère, c'est toute la chaîne qui vient ainsi d'être démantelée. Ce dernier aurait d'ores et déjà avoué son implication, depuis la supervision de l'attaque, le transport des exécutants, le convoyage des armes utilisées du Mali vers la Côte d'Ivoire, jusqu'à la mise en oeuvre finale de leur plan commun. Il serait également un magnat du narcotrafic au Nord-Mali.

Les autorités sécuritaires maliennes et ivoiriennes continuent donc leur collaboration dans les différentes investigations afin d'anticiper sur d'éventuels attentats terroristes. Surtout que la menace est encore omniprésente dans la zone ouest-africaine.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus