Burkina : la prison ferme requise contre des putschistes de l'ex-RSP

Par Gary SLM
Publié le 17 janvier 2017 à 12:05 | mis à jour le 17 janvier 2017 à 12:05

Des membres de l'ex-RSP comparaissent en ce moment devant le tribunal militaire de Ouagadougou. Le parquet militaire a requis la prison ferme pour certains d'entre eux pour diverses infractions dont une tentative d'évasion.

Les putschistes de l'ex-RSP, de véritables gibiers de potence

Le sort des 29 militaires de l'ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP) est en train d'être houleusement débattu en justice. Dans son réquisitoire, Alioune Zanré, commissaire du gouvernement, a demandé une requalification des faits d'association de malfaiteurs en « complot militaire ». À en croire le commandant Zanré, certains de ces prévenus détenaient en toute illégalité des armes à feu dont deux pistolets automatiques, deux grenades offensives, une kalachnikov AK47 et des centaines munitions. Ils auraient par ailleurs planifié l'attaque de certaines poudrières du pays et surtout l'évasion de Gilbert Diendéré de la MACA.

Eu égard à toutes ces accusations aussi graves les unes que les autres, le parquet militaire a requis 20 ans de prison ferme contre le caporal Madi Ouédraogo, présumé cerveau, ainsi que deux de ses complices. D'autres accusés bénéficient cependant de la clémence du commissaire du gouvernement qui requiert contre eux des peines allant de 24 mois avec sursis à 10 ans fermes.

Mais les avocats de la défense dénoncent d'ores et déjà un complot d'Isaac Zida qui voulait régler ses comptes. L'ex-Premier ministre de la transition aurait demandé au caporal Ouédraogo de liquider de hautes personnalités politiques et militaires. Se faisant, les avocats réclament la relaxe pure et simple de leurs clients. Il revient donc au président du tribunal militaire de donner son verdict après examen des motifs des parties.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus