Côte d'Ivoire : Mutineries - Agro-business - Cacao, Affi N'Guessan interpelle Ouattara

Par Gary SLM
Publié le 22 février 2017 à 12:18 | mis à jour le 22 février 2017 à 12:18

Au cours d'un point de presse animé ce mardi, Pascal Affi N'Guessan s'est prononcé sur les questions brulantes de l'actualité. Le président du FPI a vertement critiqué le régime Ouattara quant à sa non-maitrise des mouvements sociaux au pays.

Affi N'Guessan dézingue Ouattara

Plusieurs sujets d'actualités crèvent en ce moment l'écran en Côte d'Ivoire. En effet, Pascal Affi N'Guessan n'a pas voulu rester silencieux face aux multiples mutineries qui ont secoué les casernes, la crise de l’agro-business et celle dans la filière cacao. Aussi, le président légal du FPI s'est voulu très incisif : « Le scandale confirme qu'Alassane Ouattara et son gouvernement ne maîtrisent pas la marche du pays. Cela confirme la faillite de l’administration ivoirienne victime du népotisme. Cela démontre qu'avec Ouattara, l’Etat n’inspire plus confiance aux Ivoiriens. » Avant d'ajouter : « Malgré le caractère frauduleux du modèle économique de cette opération et les antécédents judiciaires des promoteurs, ceux-ci n’ont pas été inquiétés et ont poursuivi leurs opérations. »

Cependant, l'ancien Premier ministre rassure les souscripteurs des structures d’agro-business qu'il se tient à leurs côtés. Il dit les soutenir tous dans leur lutte jusqu'au remboursement total et entier des sommes qu'ils ont investies. Toutefois, le député de Bongouanou sous-préfecture prévient : « Les promoteurs des agro-business ne peuvent pas payer seuls. » Avant de pointer du doigt la responsabilité du président Alassane Ouattara : « Ils ont agi en association avec les dirigeants de ce pays. S’ils sont coupables de crimes économiques, de blanchiment d’argent, c’est que le régime Ouattara est co-auteur de crimes économiques et blanchiment d’argent. Tous doivent être poursuivis au même titre. »

Notons par ailleurs que les autorités ivoiriennes ont lancé une opération de recensement des souscripteurs. Cinq-mille personnes ont déjà été répertoriées par le trésor public. L'État ivoirien a prévu de leur rembourser les sommes initialement investies par elles. Au sujet de la crise dans la filière cacao, l'opposant appelle les autorités ivoiriennes à trouver rapidement une solution. Car les planteurs et autres producteurs de cacao ne cessent de se manifester par des grèves très souvent réprimées.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus