CIV : Nouvelle mutinerie à Bouaké après la cérémonie d'excuse au président

Par Gary SLM
Publié le 12 mai 2017 à 12:22 | mis à jour le 12 mai 2017 à 12:22

C'est à croire que la cérémonie d'excuses des ex-mutins au président Ouattara ne trouve pas l'assentiment d'autres soldats. Ces derniers ont manifesté leur désapprobation par des tirs nourris au 3e bataillon de Bouaké aux environs de 1H GMT. Cette nouvelle mutinerie inquiète Abidjan.

Une mutinerie révélatrice d'un grand malaise à Bouaké

A peine la cérémonie d'excuses achevée à Abidjan que Bouaké est à nouveau en ébullition. En effet, certains éléments des 8400 soldats ex-FAFN mutinés en janvier dernier, ont bruyamment manifesté par des tirs en l'air dans leur caserne du 3e bataillon de Bouaké. La raison de leur mécontentement réside dans les excuses présentées par certains de leurs frères d'arme au président Ouattara. Ceux-ci sont allés jusqu'à « renoncer définitivement à toute revendication d'ordre financier ».

Cependant, ceux restés à Bouaké n'adhèrent nullement à cette renonciation à la prime Ecomog qui leur serait pourtant acquise. C'est du moins ce qui ressort des propos d'un militaire engagé dans cette nouvelle mutinerie : « Lui là c'est qui même ? parlant du sergent Fofana qui était pour la circonstance le porte-parole des ex-mutins. C'est un montage de toute pièce. » Puis, il ajoute : « Nous on veut notre argent. Il n' y'a pas affaire de pardon ou d'excuse. »

Les tirs qui ont duré une bonne partie de la nuit se sont arrêtés vers 5H GMT. Cependant, la tension s'est emparée de Korhogo où la situation reste encore très précaire. Notons que le président Alassane Ouattara, chef suprême des armées, avait appelé ses visiteurs d'un soir à être des « militaires exemplaires » et « loyaux à la Nation ». Il avait par ailleurs indiqué sa volonté de « bâtir une armée républicaine » Leur promettant également d'améliorer leur condition de vie et de travail, et ce, en dépit de la crise économique actuelle. Mais tout cela serait battu en brèche avec cette nouvelle mutinerie. A moins que la hiérarchie militaire ne prenne des dispositions idoines pour rappeler leurs hommes à l'ordre.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus