Côte d'Ivoire : après Bouaké, des tirs à l'état-major, Adjamé se vide

Par Gary SLM
Publié le 12 mai 2017 à 15:58 | mis à jour le 12 mai 2017 à 15:58

L'armée de Côte d'Ivoire joue de nouveau à se faire peur. Des tirs ont été entendus cette nuit à Bouaké et Abidjan vient d'entrer dans la danse. Cette nouvelle manifestation de colère des soldats fait suite aux propos tenus par un des leurs lors d'une audience avec le chef de l'État Alassane Ouattara.

L'armée ivoirienne divisée sur les primes

Cette nuit, vers 2h du matin, des coups feu ont été signalés à Bouaké. Les mutins se désolidarisaient ainsi des propos tenus par leur représentant en présence du président Ouattara hier jeudi. Ce dernier s'excusait du comportement des 8400 et promettait une fin définitive de leurs manifestations.

Ces camarades ne se reconnaissent pas dans son discours et l'ont fait savoir par des tirs en l'air à Bouaké. Et pour envoyer un message encore plus clair au président, c'est Abidjan qui s'est lancé dans l'action.

Des tirs sont signalés au Plateau, dans le quartier de l'état-major des armées. Adjamé qui est le quartier commercial d’Abidjan a ressenti ces nouvelles secousses. Ce quartier s'est rapidement vidé et les commerces fermés. Des rues ont été fermées à la circulation par des forces de l'ordre.

Selon les premières informations qui nous parviennent, les soldats ne renoncent pas à leurs primes qu'ils souhaiteraient d'ailleurs recevoir dans les meilleurs délais.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus