CIV : Des gendarmes aux arrêts après avoir abattu des agents de pompes funèbres

Par Gary SLM
Publié le 29 mai 2017 à 14:05 | mis à jour le 29 mai 2017 à 14:05

Le Commandant Supérieur de la Gendarmerie nationale s'est saisi de l'affaire en ouvrant une enquête à propos. Car des gendarmes ont abattu, ce week-end, des agents des pompes funèbres qui revenaient d'une prestation à Arrah.

Braqueurs tués ou bavure des gendarmes ?

L'affaire ne cesse de prendre des proportions considérables en Côte d'Ivoire. En effet, cinq agents d'une société de pompes funèbres (Sipofu) ont été froidement abattus par des gendarmes qui les ont assimilés à des braqueurs. Quelques instants plus tôt, un opérateur économique avait été dépossédé de 32 millions de FCFA à Nzanfouenou. Les agents de l'annexe de la gendarmerie d'Arrah située à Kotobi alertés ne se sont donc pas posé de question. Ils ont ouvert le feu sur le véhicule de ces prestataires funéraires. N'to Kouamé, Glahou Alain, Taplehi Marc, Bio Guillaume Delon et Ke Patrice ont été mortellement atteints. Un seul agent a réussi à se tirer de cette fusillade et a aussitôt prévenu ses patrons.

Au vu de cette tragédie, les observateurs ne cessent donc de se poser des questions sur circonstances de ce drame. D'autant plus que rien d'indique pour l'instant que ces personnes abattues étaient les braqueurs signalés. Ni l'argent volé ni des armes n'ont été retrouvés dans le véhicule mitraillé. Et ironie du sort, ces infortunés venaient d'accompagner la mère d'un adjudant de gendarmerie à sa dernière demeure.

Kouakou Kouadio Nicolas, Commandant supérieur de la gendarmerie nationale, a donc décidé d'ouvrir une enquête afin d'élucider cette affaire rocambolesque. Ainsi que l'indique une source proche du dossier : « Le samedi 27 mai 2017, des éléments de la Brigade de Gendarmerie d’Arrah ont abattu au cours du service six (06) personnes dans des circonstances non encore élucidées. À cet effet, le Commandant Supérieur de la Gendarmerie nationale a ouvert une enquête à travers la section des recherches de la Gendarmerie nationale. Les investigations permettront d'établir avec clarté et précision les conditions dans lesquelles les gendarmes sont intervenus et de situer les responsabilités. En attendant, les intéressés sont aux arrêts. »


Afficher les commentaires
Articles les plus lus