Afrique/lutte anti-terrorisme: la France met l'Afrique face à ses responsabilités

Par Gary SLM
Publié le 09 juin 2017 à 17:05 | mis à jour le 09 juin 2017 à 17:05

Pour la lutte anti-terroriste au Sahel, la France veut mettre l'Afrique face à ses responsabilités. Il s'agira de créer une Force militaire typiquement africaine pour lutter contre le terrorisme et les trafiquants de drogue au Sahel.

Lutte anti-terroriste en Afrique: la France laisse l'Afrique face à ses responsabilités

La lutte anti-terroriste en Afrique devient un véritable casse-tête chinois pour la France. Après réflexion, la France a décidé de susciter une Force militaire spécifiquement africaine au compte du Sahel, pour combattre les terroristes et les trafiquants de drogues.

C'est ce qui ressort des souhaits du Représentant de la France à l'ONU, M. François Delattre, après sa requête formulée auprès de l'Organisation internationale via son Conseil de sécurité, au nom de la France:

"La France va soumettre une proposition de résolution au Conseil de sécurité autorisant la force antiterroriste au Sahel du G5 (...) Nous ne pouvons pas laisser le Sahel devenir un nouveau havre pour les terroristes de toute la région", a-t-il dit.

Pour cela, le Conseil de Sécurité de l'ONU devra se prononcer les jours à venir sur l'effectivité de ce projet et même la mise sur pied de cette Force africaine. Les pays concernés, à savoir le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Tchad et le Burkina Faso, qui composent le G5, ont déjà donné leur accord.

A y voir de très près, il s'agit désormais pour la France, de laisser les Africains eux-mêmes aller au contact des terroristes au lieu que ce soit un militaire français de la Force Barkhane, par exemple, qui aille se faire exploser par les djihadistes.

Forte de 10.000 soldats, cette Force africaine du G5 Sahel sera placée sous le commandement de la Minusma, qui est pourtant très affaiblie et très éprouvée en ce moment. Toujours basée au Mali, la Force africaine bénéficiera du soutien financier de l'ONU.

Une aide de 50 millions d'euros au compte de cette Force africaine est déjà disponible, grâce au chef de la diplomatie de l'Union européenne, Federica Mogherini.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus