Côte d’Ivoire : 2020, Bédié écarte Soro et impose un candidat PDCI au RHDP !!

Par Gary SLM
Publié le 19 juin 2017 à 12:04 | mis à jour le 19 juin 2017 à 12:04

Les tensions en Côte d’Ivoire autour de la succession d’ Alassane Ouattara vont retomber. Le Pr Henri Konan Bédié a tranché. Ni lui ni Soro Guillaume ne seront de cette course déjà présente dans toutes les têtes. C’est ce qu’il a expliqué à Jeune Afrique.

Henri Konan Bédié se veut très clair, le candidat RHDP sera PDCI

Le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Henri Konan Bédié ne sera pas candidat en 2020. Cependant, Soro Guillaume qui semble engagé dans cette bataille non plus ne sera de la partie. C’est la confidence qu’il aurait faite à l’ancien président de la Republique de Côte d’Ivoire. « Le PDCI aura un candidat. Ce sera le candidat unique du RHDP (Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix) », a déclaré le président du plus vieux parti politique du pays.

Soro Guillaume donne l’impression de se positionner pour 2020. Bédié étonne avec sa réponse : «Il n’est pas intéressé par 2020, il me l’a dit».

Sur ce point, l’on pourrait être tenté de dire que le phénix de Daoukro fait preuve d’une grossière naïveté. Alors que des intentions présidentielles sont prêtées à l’actuel Premier ministre, M. Gon Coulibaly nommé à ce poste pour être présidentiable, Soro passe pour son adversaire. C'est pour beaucoup d'observateurs l'origine de l'aversion de certains cadres du RDR contre Soro.

Même si le chef du gouvernement n’a jamais dit son envie de briguer une candidature à la présidentielle, tout le laisse penser. Contrairement aux affirmations du président Bédié, Soro a quant à lui déjà fortement insinué qu’il pourrait être de la bataille. Lors d’une de ces nombreuses réceptions de chefs coutumiers, le PAN a expliqué qu’il n’était pas aussi jeune que le croient ses détracteurs pour succéder à Ouattara.

Le mouvement récemment né autour de sa personne et qui regorge plusieurs parlementaires ivoiriens confirme cette impression. Contrairement au RDR, Soro Guillaume est pour la création de conditions favorables à une vraie réconciliation entre Ivoiriens. Pour ce faire, il prône la nécessaire libération des prisonniers politiques. Aussi, ses proches disent clairement qu’il est temps de favoriser le retour des exilés politiques.

Henri Konan Bédié, Soro "est mon protégé"

Ce positionnement est vu comme une stratégie du président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire pour ratisser large. Il chercherait ainsi à s’attirer la sympathie de certains électeurs pro-Gbagbo pour l'élection présidentielle de 2020.

Le président Henri Konan Bédié dit aussi être resté d'accord avec Alassane Ouattara durant les heures chaudes de son deuxième mandant. Celui-ci a dernièrement été secoué par des mutineries de soldats ex-rebelles. Même s’il n’a pas manqué de faire remarquer qu’il avait eu raison trop top sur la question, la crise a été bien gérée d’après lui. « Il a fait ce qu’il fallait faire », dit-il après avoir répondu aux opposants du paiement de primes aux mutins : « Ceux qui critiquent n’avaient qu’à être à la place du gouvernement ! » Se remémorant le coup d’État de 1999 qui l’avait fait partir du pouvoir, il a expliqué que l’utilisation de soldats dans le jeu politique ivoirien est « Une boite de Pandore » qui a « été ouverte ce jour-là. » Il rajoute : « J’avais prévenu.»

Concernant l'affaire Soul to Soul, le chef de protocole de Soro Guillaume chez qui des armes ont été découvertes, le président Henri Konan Bédié laisse penser à une chute prochaine de la température. Soro est forcement perturbé par cette affaire puisqu’il est considéré comme étant le propriétaire de ces armes. Loin de redouter des tensions encore plus fortes, il confie « Il (Soro Guillaume, ndlr) est mon protégé.», comme pour dire qu’il n’a rien à craindre. Bédié qui est passé maitre dans l'art de faire reculer le président Ouattara sur certains sujets va donc probablement lui glisser quelques mots à l’oreille.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus