Abidjan: Jeux de la francophonie, c'était quoi déjà l'intérêt ?

Par Gary SLM
Publié le 29 juillet 2017 à 20:25 | mis à jour le 29 juillet 2017 à 20:25

Les Jeux de la Francophonie organisés à Abidjan se sont déroulés tant bien que mal. Somptueuse ouverture à coup de feux d'artifices, de présences illustres et de discours de congratulations et d'autosatisfactions réciproques. Mais quel bilan pour les caisses du pays ?

Jeux de la francophonie, la Côte d'Ivoire était-elle prête ?

Au-delà de la forme et du vernis, notons que les bâtiments devant accueillir les jeunes athlètes n'étaient pas totalement prêts. Rien n'a été prévu pour le séchage des différentes tenues sportives qui pendaient sur les escaliers, offrant un curieux spectacle aux utilisateurs du pont HKB. Certains stades n'ont pas subi le toilettage prévu ...

Les désagréments causés par les Jeux

Les motards de la Police escortaient des bus pratiquement vides à travers les sens interdits. Les stades, malgré la gratuité spontanée, mais tardive, étaient aux 3/4 vides. Seuls les fameux matchs de foot dans lesquels évoluait l'équipe de Côte d'Ivoire avaient un peu de succès.

Le point d'orgue a été la matinée du jeudi 27 juillet. De nombreuses voies principales étaient fermées à la circulation. Même les deux ponts sur trois étaient inaccessibles, créant de gigantesques embouteillages. Inutile de préciser que les plus avertis sont sagement restés chez eux, paralysant l'activité économique ... à quel coût ?

Bref, les Ivoiriens n'avaient pas la tête à applaudir des deux mains ces Jeux dont on doute du degré de pertinence.

Des intellectuels nous ont expliqué que ce genre de manifestation rapprochait les peuples, favorisait la diffusion de la langue française .... accentuait la notion de paix ... passons ... un nombre d'embellies à faire pâlir de jalousie les Jeux olympiques.

La triste réalité plus pragmatique oblige â des considérations matérielles moins nobles.

Combien ont couté ces jeux de la Francophonie ?

Combien ont coûté les billets d'avion des quatre mille participants, plus tous les encadrements ? Quel est le coût des équipements et frais spécifiques ? Assurément des milliards de francs CFA. Combien de pays francophones, notamment africains, auraient pu utiliser ces milliards pour les domaines de la santé, ou de l'éducation ou autres nécessités absolues ?

Les hauts dignitaires des finances publiques expliqueront que c'est hors sujet, les budgets sont différents ...

Braves gens, vous démontrez, s'il était nécessaire, qu'il vous est plus facile d'utiliser des sommes folles pour amuser vos petits peuples respectifs (en se servant au passage bien sûr) que d'améliorer leurs conditions de vie. Et dire que certains "intellectuels", tels des répondeurs automatiques, sont montés au créneau pour défendre une pseudo réussite de ces jeux…

La Francophonie s'intéresse-t-elle aux peuples ?

Les entrepreneurs de la restauration ont pourtant fini de démonter la supercherie. Ils réclamaient le remboursement des 708 000 FCFA qu'ils ont investis pour acquérir des stands désertés du début à la fin par les 50 000 visiteurs fantômes censés s'y nourrir. Et pourtant, ces « intellectuels » disent de sources venues de Madagascar que l'édition ivoirienne de ces jeux a été un succès. Mieux, c'est l'Ivoirien qui s'autoflagellerait tout seul, selon ces aveugles qui pensent avoir découvert la lumière.

La vérité est pourtant là et indiscutable. Les Ivoiriens étaient loin de se passionner pour ces jeux et les différentes images du stade Felix Houphouet Boigny le montrent clairement.

Ça s'appelle donc du mépris ! Et à force de le cultiver et le cumuler, on perd du crédit... L'argent pour fêter cette francophonie, à l'intérêt discutable, aurait dû permettre de tracer un circuit d'évaluation des eaux qui ont récemment inondé les rues d'Abidjan.

Avant que la francophonie ne rapproche les peuples par l'amusement, elle aurait dû s’intéresser à l'état de la réconciliation dans le pays où elle se fait célébrer.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus