Togo: UNIR, le parti au pouvoir, fait le point des récentes manifestations de rue

Par Gary SLM
Publié le 30 août 2017 à 11:41 | mis à jour le 30 août 2017 à 11:41

Le parti au pouvoir au Togo, Union pour la République (UNIR), a décidé de faire le point des récentes manifestations de rue qui ont perturbé la quiétude des citoyens togolais et la bonne marche même du pays. Pour cela, les partisans du Président Faure Gnassingbé ont préféré opter pour des actions de soutien les samedi et dimanche et non pendant des jours ouvrés.

Les manifestations de rue en soutien au parti au pouvoir, UNIR, ramenées au week-end

Le parti au pouvoir au Togo, UNIR veut privilégier la bonne marche du pays par le travail ardu de ses filles et de ses fils pendant les jours ouvrés de la semaine, raison pour laquelle le parti a décidé de ne plus tenir ses marches de soutien aujourd'hui mercredi 30 et demain jeudi 31 août 2017, mais plutôt de reporter ces manifestations de soutien au Président Faure Gnassingbé au week-end.

Samedi et dimanche alors, se tiendront les manifestations de soutien du parti UNIR. Le Ministre togolais de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales, Payadowa Boukpessi, hier mardi 29 août 2017, a produit un communiqué à cet effet: les marches perturbent « gravement le fonctionnement des activités professionnelles de l’administration publique, à celles du togolais ordinaire qui travaille quotidiennement pour faire vivre sa famille au jour le jour, en passant par celles du secteur privé qui doit travailler pour satisfaire son carnet de commande et payer ses salariés ou à celles des chancelleries étrangères », a t-il justifié.

Il faut noter que les premières manifestations de soutien à la République ont vu la participation des autorités de premier rang au Togo comme le Premier ministre, le président de l’Assemblée nationale et des ministres. Ils scandaient, banderoles et pancartes à l'appui, des slogans tels que « Non à la violence » ; « Non au terrorisme politique » ; « Oui à l’unité et à la cohésion nationale »…

Il s'agissait pour les affidés du pouvoir d'appeler « les autres partis à faire des efforts nécessaires de façon à ce que nous puissions opérer les reformes qui garantissent la stabilité, la cohésion, la paix. Nous tenons à réaffirmer les valeurs de dialogue, fraternité, de solidarité, de paix, d’union et de cohésion, qui constituent les fondements de notre parti et que nous nous évertuons à promouvoir au sein de la société togolaise », rappelait Georges Aïdam, le premier Vice-président du parti UNIR.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus