Côte d'Ivoire : Encore un autre scandale qui éclabousse le cacao ivoirien !

Par Gary SLM
Publié le 14 septembre 2017 à 16:37 | mis à jour le 14 septembre 2017 à 16:37

Alors que le phénomène d'enfants esclaves s'amenuisait, qu'une autre affaire surgit dans la filière cacao en Côte d'Ivoire. Selon l'ONG Mighty Earth, ces fèves sont produites dans des zones interdites dans l'indifférence des négociants et autres chocolatiers.

Le cacao ivoirien dans un tourbillon de scandales

C'est à croire que le cacao ivoirien est véritablement dans la tourmente. Premier producteur mondial, la Côte d'Ivoire est cependant accusée de plusieurs scandales qui risquent de plomber ses efforts. L'ONG Mighty Earth vient, en effet, de publier un rapport dans lequel elle indexe gravement des acteurs de la filière. Ainsi qu'elle le mentionne dans son rapport : « Au cours de notre enquête, nous avons pu conclure que trois des plus grands négociants de cacaoOlam, Cargill et Barry Callebaut — achètent du cacao cultivé illégalement sur des aires protégées. Ces négociants vendent ensuite ce cacao aux poids lourds du chocolat, parmi lesquels Mars, Hershey, Mondelēz et Ferrero. »

À travers ses actions, l'ONG s'insurge contre la production du cacao sur des espaces protégés (forêts classées ou parcs nationaux). Ainsi, son rapport intitulé « déforestation amère du chocolat » avait pour but d'attirer l'attention de consommateurs de chocolat sur cette situation. Par ailleurs, les Autorités ivoiriennes, également incriminées, se sont engagées à « un objectif zéro déforestation pour le cacao en 2017 ».

Notons que la filière cacao traverse depuis quelque temps déjà une zone de turbulences. Après avoir frôlé l'embargo à cause du scandale du travail des enfants esclaves dans les champs de cacao, ce nouveau rapport vient remettre en cause le travail de sensibilisation de la première dame Dominique Ouattara. La chute du prix du cacao sur le marché international a, par ailleurs, plombé l'économie ivoirienne. Cette autre révélation pourrait totalement plonger la filière dans une crise indescriptible. Cependant, certains observateurs soupçonnent une campagne de diabolisation contre l'industrie cacaoyère pour maintenir le prix à un bas niveau. D'autant plus que la grande traite de la fève chocolatée démarre très bientôt.




Afficher les commentaires
Articles les plus lus