Etats-Unis - Tchad : Le pays d'Idriss Déby sur la liste noire de Donald Trump

Par Gary SLM
Publié le 27 septembre 2017 à 01:10 | mis à jour le 27 septembre 2017 à 01:10

Les ressortissants tchadiens ne pourront plus franchir les frontières américaines à partir du 18 octobre prochain. Ainsi en a décidé le président américainDonald Trump qui vient d'inscrire le Tchad, pays d'Idriss Deby Itno, sur sa liste noire.

Quand Donald Trump blackliste le Tchad d'Idriss Deby

Les Tchadiens et leurs président Idriss Deby ne cessent de se poser des questions suite à la récente décisions des Autorités américaines. Car, dans sa lutte contre le terrorisme, Donald Trump a décidé de mettre le Tchad au rang des Etats dans lesquels se développent des cellules jihadistes. Et pourtant, ce pays est l'une des références dans la lutte contre le terrorisme sur le continent africain.

Dans son décret publié ce mardi, la Maison-Blanche motive sa décision : « Le gouvernement du Tchad est un partenaire important et appréciable des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme mais le Tchad n'a pas pu satisfaire à toutes nos exigences en matière de sécurité, et plusieurs groupes terroristes sont actifs sur son territoire. »

Un décret qui n'est pas passé inaperçu à N'Djamena. Les Autorités tchadiennes ont cependant montré leur étonnement après la mise de leur pays sur la liste des pays visés par le décret migratoire américain et bannissant ses ressortissants du territoire américain. Une décision qui vient remettre en cause les efforts déployés par le président tchadien dans la lutte antiterroriste. Des efforts qui lui ont valu la confiance du gouvernement français, au point d'abriter sur son sol une base de la Force Barkhane. Une distinction qui ne comptera finalement que pour du beurre selon le président américain qui a décidé de le blacklister.


Pour beaucoup d'observateurs, le Tchad paye pour les propos de son président et le boycott de la 72e Assemblée générale de l'ONU. Idriss Deby avait alors déclaré que« certains pays, dont principalement, les Etats-Unis d’Amérique, n’accordaient pas suffisamment d’attention au financement de la force du G5-Sahel ».


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus