Côte d’Ivoire : Désiré Tagro s’est tiré lui-même une balle dans la bouche, selon Mangou

Par Gary SLM
Publié le 02 octobre 2017 à 14:11 | mis à jour le 02 octobre 2017 à 14:11

A l'entame de son contre-interrogatoire, Philippe Mangou a levé un coin de voile sur la mort de Désiré Tagro. Selon l'ex-CEMA, l'ancien ministre de Laurent Gbagbo se serait tiré une balle dans la tête lors de la crise postélectorale.

Le Gal Mangou fait des révélations sur la mort de Désiré Tagro

La mort de Désiré Tagro qui était jusque-là attribuée aux forces pro-Ouattara serait en fait un suicide. C'est du moins le révélation faite par le général de Corps d'Armée Philippe Mangou lors du contre-interrogatoire d'Emmanuel Altit. L'ex-chef d'état-major a, en effet, indiqué que le tout dernier secrétaire général de la présidence sous l'ère Gbagbo était directement impliqué dans plusieurs dossiers ultra-secrets lors de la crise postélectorale. Aussi, sa position exposait-elle de facto sa vie quant à ce qui pourrait advenir. C'est ainsi que lors de l'arrestation de Laurent Gbagbo, le 11 avril 2011, un drame s'est produit.

Désiré Asségnini Tagro avait alors été découvert sur les écrans de France24, la mâchoire totalement broyée par une balle. A en croire le général Mangou, « Tagro s'est tiré une balle dans la tête ». L'ambassadeur de Côte d'Ivoire au Gabon dit tenir cette information de l'ex-Com'zone Koné Zacharia lors de son allégeance au Golf Hôtel. Le collaborateur de l'ex-président ivoirien avait alors été arrêté par les forces pro-Ouattara.

Cependant, cette information lancée par l'ex-CEMA contraste totalement avec l'opinion de bon nombres d'observateurs. Dans une écoute téléphonique attribuée à Guillaume Soro et Djibrill Bassolé qui avait fuité, l'un des interlocuteurs expliquait à l'autre les raisons de l'assassinat de Désiré Tagro. Car, ce dernier représenterait une menace pour le régime d'Alassane Ouattara qui venait à peine de s'installer au pouvoir. C'est pour cette même raison que le sergent-chef Ibrahim Coulibaly, père du commando invisible, avait été assassiné.

Notons que l'ex-ministre de l'Intérieur de Laurent Gbagbo, maître artificier de l'accord politique de Ouagadougou, est mort le 12 avril 2011 à la Polyclinique internationale Sainte-Anne-Marie (PISAM) à Abidjan après son arrestation par les FRCI. Son dossier médical indiquait qu'il portait une blessure au visage et une autre à la poitrine. D'aucuns s'interrogent donc sur l'origine de la blessure dans la poitrine. D'autant plus que Tagro se serait suicidé en se tirant une balle dans la tête.

https://youtu.be/BCy33OZgdYg


Afficher les commentaires
Articles les plus lus