Mali : G5 Sahel, Hawbi, la première opération de la force conjointe

Soldats burkinabè du G5 Sahel
Par Julien D
Publié le 03 novembre 2017 à 14:26 | mis à jour le 03 novembre 2017 à 14:26

Le G5 Sahel a commencé son déploiement avec l'« Opération Hawbi », la première du genre. Un lancement officiel qui cache mal les difficultés financières de cette force conjointe qui doit atteindre son plein exercice en mars 2018.

Le G5 Sahel lance l'opération Hawbi pour contrer les jihadistes

En début de semaine, la force conjointe du G5 Sahel a lancé sa première opération. Baptisé Hawbi, l’opération sera destinée à contrer les groupes terroristes qui sévissent dans la région du Sahel. Constituée du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad, la force multirégionale africaine ne devrait atteindre sa pleine capacité de 5.000 hommes qu’en mars 2018.

Ces hommes viendront appuyer les 12000 hommes de la Minusma et recevront un appui technique et aérien de la force française Barkhane. Jeudi 2 novembre, dans un communiqué, la ministre française des Armées, Florence Parly précisait que l'opération Hawbi « vient concrétiser la montée en puissance de cette force, et la prise en main par les États sahéliens de la lutte contre le terrorisme ».

L'objectif de cette opération est d'engager sur le terrain trois bataillons dans la zone frontalière, entre le Mali, le Niger, et le Burkina Faso. Une zone devenue instable du fait des activités terroristes menées régulièrement par les hommes d'Amadou Koufa, le fondateur du Front de libération du Macina. Dans son QG de Sévaré au centre du Mali, la force conjointe du G5 Sahel s'apprête à une démonstration de force pour reconquérir les territoires gagnés par les forces jihadistes.

Cependant, rien ne dit que sa mission sera facile. Puisqu'à l'appel, il manque toujours le financement nécessaire pour donner à la force conjointe sa pleine capacité. Les États-Unis viennent de promettre 51 millions d'euros et la France pour cette année versera 8 millions d'euros. Les regards sont désormais tournés vers la réunion des donateurs à Paris, le 16 décembre prochain, le seul espoir pour permettre à la force d'atteindre son budget de financement de 240 millions d'euros.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus