Zimbabwe : Robert Mugabe interpellé par l’armée

Robert Mugabe et son épouse Grâce Mugabe
Par Julien D
Publié le 13 novembre 2017 à 18:55 | mis à jour le 13 novembre 2017 à 18:55

Au Zimbabwe, la succession à Robert Mugabe risque de conduire le pays dans une crise politique. La semaine dernière, le limogeage du vice-président, Emmerson Mnangagwa avait créé des remous parmi les fidèles du parti au pouvoir, le Zanu-PF.

L’héritage de Robert Mugabe déjà disputé

À Harare, la capitale du Zimbabwe, personne ne pouvait s’attendre à un tel scénario. Au cours d’une conférence de presse, ce lundi 13 novembre, le chef de l’armée a mis en garde le parti du président Robert Magabe. Cette sortie inattendue fait suite à l’éviction la semaine dernière du vice-président Emmerson Mnangagwa. Le général Constantino Chiwenga, chef des forces de défense du Zimbabwe, a appelé à la fin immédiate des purges contre les vétérans de la guerre d’indépendance.

Au cours d’une brève déclaration, le chef des armées a mis en garde tous ceux qui voudraient mettre en péril les acquis de la révolution. « Nous devons rappeler à ceux qui sont derrière les manigances perfides actuelles que s’il s’agit de protéger notre révolution, nous n’hésiterons pas à intervenir », a-t-il déclaré.

Alors que les appétits politiques de Grâce Mugabe se font de plus en plus visibles sur le terrain, beaucoup l’accusent d’être derrière le complot qui a conduit au limogeage du vice-président, pourtant pressenti pour succéder au président de la République. La sortie du patron de la grande muette risque de contrecarrer les plans de la première dame. Mais reste à savoir quelle réponse sera apportée par le président Mugabe à cette sortie militaire qui annonce les prémices d’une crise au sommet de l’État.




Afficher les commentaires
Articles les plus lus