Côte d’Ivoire: Cache d'armes chez Soul To Soul, Ouattara croit qu'il y en a d'autres!

Alassane Ouattara - Cache d'armes chez Soul To Soul
Par Gary SLM
Publié le 01 décembre 2017 à 15:06 | mis à jour le 01 décembre 2017 à 15:06

Le chef de l’État ivoirien Alassane Ouattara a jugé vendredi “excessif’’ les six tonnes d’armes retrouvées au domicile de Souleymane Kamaraté dit Soul To Soul, le protocole de Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale, ajoutant que cette découverte “donne l’impression qu’il y en à d’autres’’ dans le pays.

Cache d'armes chez Soul To Soul, Ouattara n'a pas encore tourné la page

“Cette découverte nous a donné l’impression qu’il y a peut-être d’autres caches d’armes. Et si c’est le cas, nous allons les retrouver’’, a déclaré M. Ouattara, dans une interview à Radio France internationale (RFI).

“La justice fait son travail et nous continuerons de rechercher les caches d’armes ’’, a-t-il insisté, jugeant au passage “excessif’’ les six tonnes d’armes censées avoir été retrouvées au domicile de Soul To Soul.

Se prononçant pour la première fois sur cette affaire, depuis l’arrestation et l’incarcération début octobre de Soul To Soul, le président ivoirien a assuré que la procédure à l’encontre du collaborateur de Guillaume Soro se ferait “normalement selon le processus judiciaire’’.

Avec Soul to Soul, Ouattara traite à égalité tous les Ivoiriens

Soul to Soul a été écroué début octobre après son audition par le procureur et accusé de "complot contre l’autorité de l’État" dans l’affaire de la cache d’armes découverte, en mai lors des mutineries qui ont ébranlé le pays, dans une villa lui appartenant à Bouaké (centre,) deuxième ville de Côte d’Ivoire.

Cette arrestation avait contribué à un refroidissement des relations entre M. Ouattara et M. Soro dont l’entourage accuse le chef de l’État d’être derrière l’interpellation de Soul To Soul.

“Je traite à égalité tous les Ivoiriens, quelque soit leur bord politique ou leur rang. Par conséquent, je n’ai pas à protéger ou à punir qui que ce soit’’, a réagi M. Ouattara, interrogé sur ce point.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus