G5 Sahel : Nouvelle réunion des chefs d’Etat pour accélerer le financement de la force conjointe

Les présidents du G5 Sahel à l'issue du sommet de Bamako
Par Timothée Jean
Publié le 12 décembre 2017 à 16:48 | mis à jour le 12 décembre 2017 à 16:48

Lors du 5e sommet UA-UE qui s’est ouvert à Abidjan les 29 et 31 novembre derniers, les Chefs d’État du G5 Sahel ont promis se rencontrer ultérieurement afin de poursuivre les discussions sur la mise en place de la force conjointe.

Encore beaucoup d’argent à rassembler pour l’opérationnalisation de la Force G5 Sahel

Le 13 décembre prochain, La Celle-Saint-Cloud, en région parisienne, accueillera Ibrahim Boubacar Keïta (Mali), Mohamed Ould Abdelaziz (Mauritanie), Mahamadou Issoufou (Niger), Roch Marc Christian Kaboré (Burkina Faso) et Idriss Déby Itno (Tchad) où ils retrouveront leur homologue français Emmanuel Macron pour évoquer l’opérationnalisation de la Force antiterroriste du G5 Sahel. Un seul objectif est à l'ordre du jour de cette rencontre : décrocher auprès de la communauté internationale, le budget nécessaire pour une meilleure efficacité de cette force.

La coopération a bénéficié de plusieurs soutiens financiers, mais il reste encore beaucoup d’argent à trouver. Sur les 450 millions d’euros nécessaires pour son lancement, elle a rassemblé la moitié des fonds. Cette réunion de haut niveau aura ainsi pour but de convaincre les partenaires internationaux encore réticents de mettre la main à la poche.

Par ailleurs, si une situation est unanimement reconnue aujourd’hui au monde, c’est le fait que la destruction de l’État libyen a causé l’évolution du terrorisme au Sahel et une vague de migrants vers l’Europe. « Cette situation a entrainé des incidences graves dans la région, à savoir l’assassinat de l’ambassadeur américain à Benghazi, l’attentat de Manchester dont le responsable venait de la Libye, la vague des migrants sur l’Europe transformant la Méditerranée en cimetière, Daesh en Libye, la déstabilisation du Mali, le développement du terrorisme dans le Sahel », a indiqué un rapport du Parlement britannique.

Les pays occidentaux auraient davantage à gagner en investissant massivement dans la Force conjointe G5 Sahel qui a pour objectif de mettre fin au terrorisme dans cette région hostile.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus