Armée ivoirienne: Un ex-chef de Licorne cite les erreurs de Ouattara

Des soldats de l' Armée ivoirienne
Par Timothée Jean
Publié le 12 janvier 2018 à 07:41 | mis à jour le 12 janvier 2018 à 07:42

L' armée ivoirienne va mal et ce n'est un secret pour personne. Pour Bruno Clément-Bollée, ancien général français de la Force Licorne en Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara a fait plusieurs erreurs qui sont le résultat de l'actuel malaise au sein de la grande muette.

L’éviction de soldats dit pro-Gbagbo, première erreur de Ouattara

La crise ivoirienne de 2010-2011 a causé plusieurs bouleversements au plan économique, social, mais aussi militaire. En effet, plusieurs généraux ayant servi sous le régime du président Laurent Gbagbo ont été remplacés, certains se sont exilés à l’étranger et d’autres ont été écroués pour le rôle qu’ils ont joué avant, pendant et après la crise postélectorale.

Pour Bruno Clément-Bollée, ancien général français qui a commandé l’opération Licorne de 2007 à 2008, la mise à l’écart de ces généraux bien formés et expérimentés qui ont servi sous l’ancien régime est une des causes du désordre observé au sein des forces armées de Côte d’Ivoire (FACI).

« Au moment de la sortie de crise, tout l'encadrement de l'armée du président Gbagbo était en fait constitué de cadres qui avaient été formés un peu partout, en Europe, aux États-Unis. Quand on a reformé l'armée, on s'est méfié de ces cadres qui avaient servi l'autre président et on les a écartés », a indiqué le haut gradé sur les antennes de RFI.

Rappelons que dès son accession au sommet de l’État, le Président Alassane Ouattara a procédé à plusieurs nominations à la tête des différentes unités de l'armée. Parmi les promus figurent les ex-Commandants de zone (com'zone), dont certains étaient entre le grade de caporal-chef et de sergent-chef. Ils sont pratiquement tous devenus des colonels.

Selon le général français à la retraite, mettre ces cadres de l’ex-rébellion à la tête de l'armée est inadmissible. « On ne fait pas, du jour au lendemain, avec des caporaux-chefs des commandants de bataillon», estime-t-il.

Bruno Clément-Bollée révèlera également que ces généraux promus sont aujourd'hui à la tête d'anciens FAFN (Forces armées des forces nouvelles) qui n'ont connu aucune formation militaire et qui ont rejoint par la force des choses l'armée ivoirienne. « Ce sont des soldats qui n’ont pas eu de formation initiale (...) Vous imaginez que, sans formation initiale, l’éthique et le comportement qu’on peut attendre de ces soldats ? » a-t-il conclut.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus