CPI : A Abidjan, Paolina Massidda évoque l'indemnisation des victimes

L'avocate Paolina Massidda et la ministre Mariatou Koné à Abidjan
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 23 janvier 2019 à 09:38 | mis à jour le 23 janvier 2019 à 09:45

A peine arrivée sur les rives de la lagune Ebrié, que Paolina Massidda a entamé sa série de rencontres avec les autorités ivoiriennes. Chez la ministre Mariatou Koné, la Représentante légale des victimes a évoqué l'indemnisation de ceux qu'elle représente au procès Gbagbo.

Paolina Massidda rassure ses mandants

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ont été acquittés, le 15 janvier dernier, par les juges de la Chambre préliminaire I de la Cour pénale internationale (CPI). La libération immédiate prononcée dans le verdict des juges est cependant différée suite à l'appel interjeté par le bureau du procureur.

Toutefois, en Côte d'Ivoire, des victimes de la crise postélectorale qui pensent être des laissés-pour-compte sont descendus par centaines dans les rues d'Abobo (au nord d'Abidjan), de Bouaké et de Korhogo pour protester contre ce verdict.

Paolina Massidda a donc jugé bon d'entretenir ses mandants, c'est-à-dire les victimes dont elle défend les intérêts à La Haye, du fait qu'elle mettra tout en œuvre pour leur permettre d'avoir gain de cause.

Aussi, lors de la rencontre, ce mardi, entre Mme Massidda et la Ministre ivoirienne de la Solidarité et de la Cohésion sociale, Mariatou Koné, il a été question du processus d'indemnisation des victimes de la crise post-électorale.

L'interrogation qui taraude néanmoins les esprits en Côte d'Ivoire, c'est surtout celle de la prise en compte de toutes les victimes de la crise ivoiriennes. Des populations de Duekoué, de Nahibly, de Guitrozon, d'Anonkoua Kouté et de plusieurs autres localités ivoiriennes continuent de réclamer leur prise en compte dans la réparation des préjudices subis.

La représentante légale des victimes animera par ailleurs une conférence de presse, ce mercredi 23 janvier, afin d'éclairer la lanterne de l'opinion ivoirienne sur la procédure qui a cours au procès Gbagbo et Blé Goudé.

Notons que la Cour d'appel de la CPI se prononcera, le 1er février prochain sur le maintien en détention ou la libération immédiate de l'ancien président ivoirien et son bras droit, objet de l'appel du procureur.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus