Burkina: Diendéré se dit "prêt à faire 100 ans de prison"

Le général Gilbert Diendéré
Par
Publié le 15 février 2019 à 21:50 | mis à jour le 15 février 2019 à 21:50

Le général Gilbert Diendéré, principal accusé au procès du putsch manqué du 16 septembre 2015 au Burkina, s’est dit "prêt à faire 100 ans de prison si" le juge libère ses coaccusés qui ont posé des actes moins graves que la hiérarchie militaire, la barre vendredi.

putsch manqué se dit prêt à assumer les conséquences du putsch manqué

"Je suis prêt à faire 100 ans de prison moi seul si vous sortez tous ces éléments du box des accusés", a déclaré le général Gilbert Diendéré, appelé à la barre pour une confrontation après le témoignage de l’ex-chef d’état-major adjoint de l'armée Theodore Palé.

"Je ne cherche pas à incriminer quelqu’un dans la hiérarchie militaire" mais "des actes ont été posés, si on ne veut pas les accuser qu’on décharge ceux qui sont dans le box", a-t-il poursuivi.

Pour lui, ce serait "une injustice" de condamner ses coaccusés si c'est lui "qu'on veut sanctionner".

Vendredi, le colonel-major Palé avait fait savoir que la hiérarchie militaire avait dit "non", qui voulait que "l'armée endosse le coup d'état".

En réaction, l’ancien chef du Régiment de sécurité présidentielle (RSP, l’unité d’élite) a soutenu que le maintien de l’ordre par les soldats, l’appui de la hiérarchie militaire pour une mission héliportée à la frontière ivoirienne, étaient des actes d’allégeance.

"Il n'y a jamais eu d'allégeance", a répondu l’ex-chef d’état-major adjoint de l'armée, pour qui la mission héliportée "n'était pas une chose déterminante".

La défense a tenté à son tour de démontrer la "complicité" de la hiérarchie militaire, notamment l'accord des chefs militaires pour cette mission.

"L’armée a voulu être du côté du fort du moment" qui était Gilbert Diendéré pour "être dans les bonnes grâces" du pouvoir, a fait observer Me Mireille Barry.

Les paroles de ce témoin "ne peuvent être considérées comme parole d’évangile" ajouté l’un des avocats du général, Me Latif Dabo.

L’audience reprend lundi avec la suite des observations de l’ancien chef du RSP.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus