Côte d'Ivoire: réconciliation au FPI, Konan Bédié met le pied à l'étrier

réconciliation au FPI, Konan Bédié met le pied à l'étrier
Par
Publié le 19 février 2019 à 23:42 | mis à jour le 19 février 2019 à 23:45

Henri Konan Bédié, HKB, président du PDCI, parti démocratique de Côte d'Ivoire, accélère le processus de réconciliation des deux clans du FPI, la formation politique de l'ex-chef de l'État, Laurent Gbagbo, LG.

Henri Konan Bédié "recolle" les deux parties du FPI

L'ancien Président ivoirien, Henri Konan Bédié, poursuit la création de la "plateforme non idéologique", annoncée en 2018, à la suite du "divorce" de son parti d'avec ses alliés du RHDP, Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix, dirigé par Alassane Ouattara, ADO, l'actuel numéro Un en Côte d'Ivoire.

Ex-parti au pouvoir, le FPI, front populaire ivoirien, demeure une force politique sur la scène nationale d'opinions et d'actions, malgré sa division prononcée. En décidant de rapprocher les deux parties rivales conduites, l'une (légaliste) par Pascal Affi N'guessan, et l'autre (légitimiste) par Laurent Gbagbo, récemment acquitté par la CPI, Cour pénale internationale, après avoir été accusé de crimes contre l'humanité, M. Bédié huile sa stratégie du rassemblement prochain.

Maurice Kacou Guikahué, patron du Secrétariat exécutif du PDCI, a soutenu, à Gagnoa, à l'ouest du pays, que son parti a "décidé d’aller saluer Gbagbo, en Belgique, pour discuter avec lui parce que le président Bédié peut régler les problèmes". HKB, l'ex-soutien fort d'Alassane Ouattara, tient à ramener la paix et l'unité au FPI, et "en faire un", pour " sauver la Côte d'Ivoire", dévoilant un pan de sa procédure de rapprochement de l'ensemble des populations.

Le plan 2020 de la présidentielle ivoirienne, pourrait fort bien ressembler à celui de 2010, avec l'"union sacrée" de deux grandes formations politiques contre une. Sans oublier, cette fois, le CP, Comité politique, du président démissionnaire du Parlement ivoirien, Guillaume Kigbafori Soro, GKS, "maintenant bien loin" d'Alassane Ouattara. Et apparemment, le leader du RHDP semble ne rien faire pour ramener "son fils" à la maison. Bien au contraire! Toutefois, en politique, prudence doit être vraiment mère de sûreté.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus