Côte d'Ivoire : Ahoua Don Mello (FPI) démonte le régime Ouattara

Ahoua Don Mello (FPI) démonte le régime Ouattara
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 06 juin 2019 à 10:00 | mis à jour le 06 juin 2019 à 10:00

Ahoua Don Mello n'a pas manqué de fustiger la gestion de la Côte d'Ivoire par le régime d'Alassane Ouattara. Pour l'ancien ministre de Gbagbo, l'économie ivoirienne est en pleine décrépitude malgré un taux de croissance très flatteur.

Ahoua Don Mello pose le diagnostic de l'économie sous Ouattara

Les autorités ivoiriennes ne cessent de se targuer de la bonne santé de l'économie ivoirienne. Un taux de croissance avoisinant les deux chiffres, la réalisation de plusieurs infrastructures économiques, l'accroissement du Produit intérieur brut (PIB) sont autant de performances que le gouvernement ivoirien ne cesse de mettre en avant pour dépeindre la bonne santé économique du pays.

Cependant, pour Ahoua Don Mello, ce tableau n'a nullement de retombées sur la population ivoirienne qui continue de croupir dans la pauvreté. Invité par la représentation du Front populaire ivoirien (FPI) d'Afrique du Sud pour un séminaire de formation, l'ex-ministre ivoirien de l'Équipement et de l'Assainissement et porte-parole du dernier gouvernement de Laurent Gbagbo s'est prononcé sur la situation politique et socio-économique en Côte d'Ivoire.

Pour le conseiller technique du président guinéen Alpha Condé, la « croissance à 2 chiffres ne crée aucun emploi, et est appauvrissante » en Côte d'Ivoire. Ce technocrate justifie cette dichotomie par le fait que cette croissance ne profite qu'à l'extérieur, d'autant plus que l'actuel pouvoir d'Abidjan a été installé par l'extérieur.

« Telle est la mission des régimes installés de l’extérieur par l’extérieur et au service exclusif de ses mandants. C’est le cas de la Côte d’Ivoire avec le régime actuel », a-t-il clamé. Puis, il se sert d'une représentation métaphorique pour expliquer le phénomène migratoire : « Un proverbe de chez nous dit " si tu gardes l’argent des gens qui ont faim, ne t’étonne pas de les retrouver devant ta porte". D’où la croissance à deux chiffres du mouvement migratoire vers l’Europe. »

Don Mello reste toutefois très combatif quant à instaurer une véritable démocratie en Côte d'Ivoire. « En 2011, nous avons perdu une bataille, mais la lutte pour la démocratie et l’indépendance économique et financière continue », a-t-il conclu.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus