Côte d’Ivoire: Le député PDCI, Marius Konan, rejoint Ouattara

 Le député PDCI, Marius Konan, rejoint Ouattara
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 30 novembre 2019 à 08:56 | mis à jour le 30 novembre 2019 à 08:56

L'honorable Marius Konan, député PDCI-RDA de la localité d'Attiégouakro, a livré son opinion concernant le projet de modification de la constitution ivoirienne, évoqué par le chef de l'État ivoirien Alassane Ouattara relativement au prochain scrutin présidentiel ivoirien.

Projet de modification de la Constitution: Le oui, mais du député Marius Konan, cadre du PDCI-RDA

Dans une déclaration relayée vendredi 29 novembre 2019 sur les réseaux sociaux, le cadre du Parti démocratique de Côte d'Ivoire dit épouser certains points du projet de modification de la loi fondamentale ivoirienne, évoqués par le patron de l'exécutif ivoirien. En l'occurrence la question du filtre des candidatures pour le prochain scrutin présidentiel.

"Je pense qu’une élection présidentielle avec moins de candidats serait une bonne chose parce que lors des élections présidentielles de 2010 et 2015, le peuple a découvert des candidats sans équipe, sans projet, sans programme qui quelques fois, ne savaient pas pourquoi les projecteurs de la République étaient braqués sur eux le temps de la campagne. Il faut donc mettre des filtres", s'est exprimé le député Maruis Konan.

L'élu PDCI-RDA de la localité d'Attiégouakro semble par ailleurs rejeter le cautionnement à 100 millions pour la candidature à l'élection présidentielle. La connaissance du fonctionnement des institutions devrait, selon lui prévaloir, sur la capacité à montrer son aisance financière pour le candidat à une élection présidentiel.

En clair, en plus des conditions déjà existantes, explique l'élu de la nation, le candidat à un scrutin présidentiel devrait-être "un bon citoyen qui a déjà servi l’Etat avec un actif d’au moins un mandat électif " et non le contraire.

Il faudra à ce candidat, propose M. Marius Konan, avoir été élu député ou sénateur, maire ou président de département ou de région. "Le citoyen qui remplit cette condition connaît déjà un peu les attentes du peuple et les exigences de la fonction de Représentant", a-t-il martelé.

Au vu de son argumentaire, le cadre du PDCI-RDA rejette clairement le cautionnement à 100 millions de FCFA voulu par le patron du RHDP. Au motif que nul n'ignore que de l'argent mal acquis circule. "Si nous ne prenons garde, certains citoyens pourraient l’utiliser pour vaincre le peuple là où il attend d’être convaincu par des idées", a-t-il tranché.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus