Marcel Amon-Tanoh candidat en 2020 ? Ouattara sort les griffes

Marcel Amon-Tanoh doit des explications à Ouattara
Par K. Richard Kouassi
Publié le 22 décembre 2019 à 16:04 | mis à jour le 22 décembre 2019 à 16:33

Face à la persistante rumeur qui prête des ambitions présidentielles à Marcel Amon-Tanoh, Alassane Ouattara a tapé du poing sur la table. Le président ivoirien veut voir plus clair dans cette affaire. C'est d'ailleurs la raison pour laqulle le chef de l'Etat a demandé des clarifications à son ministre des Affaires étrangères.

Marcel Amon-Tanoh doit des explications à Ouattara

Le choix d'Amadou Gon Coulibaly pour succéder à Alassane Ouattara en octobre 2020 n'enchante pas des cadres au sein du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

Adama Bictogo ne manque pas de faire savoir au président ivoirien que son Premier ministre est un mauvais casting pour les houphouëtistes. Marcel Amon-Tanoh non plus n'est pas favorable à la candidature du chef du gouvernement à la prochaine présidentielle.

Il se raconte que cette prise de position lui a valu la colère du chef de l'Etat. Amon-Tanoh serait même sur la sellette par rapport à un remaniement ministériel que se prépare à faire Alassane Ouattara.

Mais le ministre des Affaires étrangères ne se serait pas contenté de critiquer le choix d'Amadou Gon par Ouattara. En effet, des informations apprennent que l'ancien directeur de cabinet de la présidence de la République nourrit l'ambition de briguer la magistrature suprême.

Nos confrères de Jeune Afrique confient que le chef de file du RHDP est monté au créneau devant ce projet que nourrirait Marcel Amon-Tanoh.

Le magazine panafricain soutient qu'Alassane Ouattara souhaite avoir des précisions ou explications de la part du concerné.

Pourtant, jeudi 19 décembre 2019, interrogé sur la question par Radio France internationale (RFI), Marcel Amon-Tanoh a plutôt soutenu que ce qui le préoccupe, "c’est que les élections se passent bien".

Le diplômé en sociologie de l'Université Paris VIII a même laissé entendre que "pour le président Ouattara, sa position est claire. La Constitution lui permet de briguer un troisième mandat".


Afficher les commentaires
Articles les plus lus