FPI: Ce que Agnès Monnet pense de la rencontre Gbagbo-Affi

Agnès Monnet croit en une réunification du FPI, suite à la  dernière rencontre  Gbagbo-Affi
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 04 février 2020 à 08:05 | mis à jour le 04 février 2020 à 08:05

Agnès Monnet, l’ex-secrétaire générale de la tendance du Front populaire ivoirien (FPI) dirigée par Pascal Affi N’guessan, a évoqué, dans un entretien accordé au confrère Connectionivoirienne, la réconciliation entre les deux blocs du parti.

Rencontre Gbagbo-Affi: Un "coup d'accélérateur" pour la réunification du FPI, selon Agnès Monnet

L’on se souvient qu'elle avait claqué avec fracas la porte du Front populaire ivoirien version Pascal Affi N’guessan. Près d’un an après son départ, l’ancienne secrétaire générale du FPI est visiblement heureuse de la rencontre qui a récemment eu lieu entre Laurent Gbagbo et son ancien Premier ministre. « Je félicite le président Gbagbo qui a fait fi de tout cela pour le recevoir. Pour moi donc, c’était une question de temps et Affi N’Guessan est entré par la porte que j’ai ouverte. Je suis fière d’avoir pu ouvrir cette porte », a confié l’actuel maire de la commune d’Agou.

À l’en croire, la question de la réunification du FPI n’est désormais qu’une simple question de volonté. Des équipes sont en train d’être constituées en vue de l’ouverture de négociations devant aboutir à la tenue très prochaine d'un congrès unitaire. Pour elle, la nouvelle posture de Pascal Affi N’guessan, concernant la CEI, devrait contribuer à accélérer les choses, d'autant plus que la question de la participation du parti aux différentes élections, était le principal point d’achoppement entre l’ancien Premier ministre et le camp Gbagbo.

«Dieu merci, Affi N’Guessan lui-même a décrié la CEI (Commission électorale indépendante). C’était le point d’achoppement entre les deux camps. L’autre tendance a refusé d’aller aux élections parce que la CEI n’était pas transparente ni indépendante. Ça veut dire que nous allons maintenant lutter, unis, pour une CEI réellement indépendante », a-t-elle affirmé faisant référence au dernier discours du député de Bongouanou.

Discours dans lequel, le président statutaire du FPI a dénoncé ouvertement une CEI à la solde du régime Ouattara. « Nous n’irons pas aux élections organisées par une structure spécialisée du RHDP. La CEI doit être reformée pour qu’elle épouse les standards internationaux » et « inspire confiance à tous », a prévenu Affi N’Guessan, samedi 25 janvier dernier, assurant que « tous (les) efforts » du Front populaire ivoirien « seront concentrés sur les élections, surtout ce qui doit être fait pour (qu’elles) soient véritablement transparentes ».


Afficher les commentaires
Articles les plus lus