Présidentielle d'octobre: Ouattara répond à l' Union Européenne (UE)

Élection présidentielle: Vers un clash Union Européenne - Ouattara?
Par David Yala
Publié le 20 septembre 2020 à 21:42 | mis à jour le 21 septembre 2020 à 01:35

Dans une déclaration sur la situation sociopolitique actuelle en Côte d’Ivoire, marquée par l'élection présidentielle du 31 octobre 2020, l’ Union européenne (UE) a rappelé son attachement aux principes d’inclusivité, de liberté d’expression, de transparence, de respect de l’État de droit et des éventuels mécanismes indépendants d’observation, nécessaires pour assurer un scrutin aux résultats crédibles et acceptés par tous.

Élection présidentielle: Vers un clash Union européenne - Ouattara?

Après avoir pris acte de la décision du Conseil constitutionnel, du 14 septembre, relative aux candidatures retenues pour l’élection présidentielle, l’UE a rappelé qu’il est de la responsabilité première des autorités et institutions ivoiriennes compétentes de garantir un processus électoral impartial, transparent, inclusif et équitable, emportant l’adhésion des citoyens.

Cette sortie a fait réagir le gouvernement ivoirien, 48 heures plus tard. Dans le communiqué ci-dessous, le régime du Président Alassane Ouattara dit avoir pris note du communiqué de l'Union européenne, mais l'exhorte à s'en tenir au détail électoral reconnu par la Constitution qui est la date du 31 octobre prochain. La Côte d'Ivoire, dans son communiqué, prend acte de la disponibilité de l' Union européenne, son partenaire historique, de l'accompagner. Ce pendant, le gouvernement ivoirien assure l'institution de son respect de la constitution de Côte d'Ivoire ainsi que les normes juridiques internationales.

Le point de désaccord est surtout entre le régime d' Alassane Ouattara et l' UE semble la perception des décisions rendues par la Cour Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples. Le régime abidjanais titre "toutes les conséquences" de son retrait de la "déclaration de compétence" à cette institution en date du 28 avril 2020. Cette décision s'explique par "les graves et intolérables agissements de la Cour Africaine des Droits de l'Homme et des peuples. Les dernières décisions en défaveur du régime d'Alassane Ouattara avaient été citées par le Haut représentant de l' UE dans sa préoccupation.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus