Recherchés, lui et Affi, Mabri Toikeusse défie le Procureur Adou Richard

Crise ivoirienne : La justice ivoirienne aux trousses d' Affi et Mabri Toikeusse
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 06 novembre 2020 à 22:55 | mis à jour le 06 novembre 2020 à 22:56

Pascal Affi N’guessan et Albert Mabri Toikeusse, tous deux cadres de l'opposition ivoirienne et membres du Conseil national de transition (CNT), sont activement recherchés par la justice.

Transition: Où se cachent Affi N’guessan et Albert Mabri Toikeusse ?

On en sait un peu plus sur la nature des faits reprochés aux responsables politiques de l’opposition ivoirienne qui proteste contre le troisième mandat du président Alassane Ouattara.

Lors d’une conférence de presse qu’il a animée ce vendredi 6 novembre 2020, à Abidjan, le procureur de la République, Adou Richard, a révélé que Pascal Affi N’guessan et Albert Mabri Toikeusse sont activement recherchés pour "attentat et complot contre l’autorité de l’État et l’intégrité du territoire national".

Le 20 septembre, les responsables de l’opposition parmi lesquels Affi N’guessan, ont lancé un appel à la désobéïssance civile, suivi du boycott actif de l'élection présidentielle du 31 octobre 2020.

Selon le procureur de la République, cet appel s’est traduit sur le terrain par des "actes de terrorisme, coups et blessures, meurtres et divulgation de fausses nouvelles".

« A l’analyse, tous les actes perpétrés et commandités par les promoteurs de cet organe avaient pour finalité d’attenter à l’autorité de l’Etat afin de parvenir au renversement des institutions de la République », a dénoncé le procureur Adou Richard.

Mieux, il fait savoir que « ces actes sont constitutifs d'attentat et de complot contre l’autorité de l’Etat et l’intégrité du territoire national ».

«L’enquête ouverte permettra d’interpeler toutes les personnes ayant participé à quelque degré que ce soit à cette entreprise criminelle », a-t-il fait savoir.

Aux dernières nouvelles, on apprend de Blé Guirao, secrétaire général de l'UDPCI, que Mabri Toikeusse n'aurait pas pris la fuite et qu'il serait toujours engagé dans la lutte pour le départ du président Alassane Ouattara.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus