Retour de Gbagbo, unification du FPI: Ahoua Don Mello prend position

Réunification du  FPI : Ahoua Don Mello
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 04 janvier 2021 à 15:20 | mis à jour le 04 janvier 2021 à 15:20

Ahoua Don Mello, ex-ministre ivoirien de l’ Assainissement et cadre du Front populaire ivoirien (FPI), a abordé la question de la réunification du FPI en vue des prochaines élections législatives.

Ahoua Don Mello (cadre du FPI): "Le boycott n’est pas une solution pour opérer un changement"

C’est une question qui refait régulièrement surface à l’approche d’élections majeures auxquelles devrait prendre part le FPI: la question du retour à l’unité du Parti, au bord de l’implosion du fait d’une guerre de leadership qui dure depuis 6 ans. Comme Pascal Affi N’guessan qui tient légalement les clés du FPI, Ahoua Don Mello reste convaincu que seul le retour en Côte d’Ivoire de l’ex-président Laurent Gbagbo, saura donner un coup d’accélérateur au processus de réunification, bloqué depuis la mi-juin 2020.

« Il n’y pas de raison majeure qui empêche son retour sauf une volonté délibérée du pouvoir RHDP de contraindre un citoyen en exil pour un agenda inavouable, mais qu’on devine aisément car son retour sera un accélérateur de l’unité du Parti », a argué l’ancien ministre ivoirien de l’ Assainissement, dans une interview accordée au Quotidien d’ Abidjan.

Ahoua Don Mello exhorte en revanche, les cadres du FPI, toutes tendances confondues, à faire preuve « d’imagination et de dépassement quel que soit le cas de figure (présence de Laurent Gbagbo ou non) ». Pour lui, la réunification du FPI en particulier et de la Gauche en général, est "une nécessité démocratique" car "c'est la division de la majorité qui pérennise le règne de la minorité ".

Pour l'ex- DG du BNETD, « la bataille pour la démocratie est valable aussi bien à l’intérieur de l’État qu’à l’intérieur des Partis ». « Nous devons gagner cette bataille pour espérer gouverner autrement la Côte d’Ivoire. La réunification du FPI en particulier et de la Gauche en général est une nécessité démocratique. Un parti non démocratique ne peut conduire son peuple vers la démocratie », a-t-il poursuivi.

Le FPI est scindé en deux tendances depuis 2014. D’un côté, la branche se réclamant proche de Laurent Gbagbo et de l’autre, celle légale dirigée par l’ ex-Premier ministre , Pascal Affi N’guessan.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus