Tunisie : Une fuite de documents confidentiels secoue le pays

Tunisie : Une fuite de documents confidentiels secoue le pays
Par K. Richard Kouassi
Publié le 07 janvier 2021 à 16:55 | mis à jour le 07 janvier 2021 à 17:07

En Tunisie, la fuite de documents confidentiels sur les réseaux sociaux alimente actuellement l'actualité. Le ministère de l'Intérieur a même ouvert une enquête pour faire la lumière sur cette fuite de ces documents, a-t-on appris auprès de médias locaux.

Des documents confidentiels divulgués sur Facebook

L'information est confirmée par le site Webdo. Selon notre confrère, des documents confidentiels portant sur des nominations sécuritaires entamées par l'ancien ministre de l'Intérieur, Taoufik Charfeddine, limogé le mardi 5 janvier 2021 par Hichem Mechichi, le chef du gouvernement tunisien, ont été divulgués sur les réseaux sociaux. Les autorités tunisiennes assurent qu'une enquête a été diligentée pour mieux comprendre la fuite de ces documents confidentiels sur les réseaux sociaux, lit-on dans un communiqué rendu public le jeudi 7 janvier 2021.

En outre, le ministère de l'Intérieur note que toutes les personnes impliquées dans la divulgation de ces documents officiels subiront la rigueur de la loi. Notre source fait savoir que "le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, avait annulé les nominations décidées par Charfeddine et fuitées sur les réseaux sociaux".

Selon le site Business News, l'ancien ministre de l'Intérieur avait procédé à la nomination de plusieurs personnalités à la sûreté nationale. En effet, Sofien Rezgui devrait prendre la tête du gouvernorat de Nabeul pendant que Hatem Zargouni était annoncé au pôle antiterroriste. Taoufik Charfeddine avait également prévu de nommer Iskander Moussaa à la direction de la sûreté, Mokhtar Hammami et Bilel Manaï à l'inspection générale de la garde nationale. Une dizaine de nominations étaient envisagées par l'ex-ministre de l'Intérieur.

"La construction sécuritaire du ministère de l’Intérieur est cohérente et je ne permettrai aucune perturbation, surtout dans cette circonstance que connaît le pays", a laissé entendre le chef du gouvernement tunisien qui a fait savoir que toutes ces nominations sans consultation des autorités tunisiennes avaient pour but d'infiltrer le ministère de l'Intérieur.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus