Guinée : Des veuves menacent de manifester, les raisons

Guinée : Des veuves de 171 ex-travailleurs de l'ENELGUI  en détresse
Par K. Richard Kouassi
Publié le 25 janvier 2021 à 16:59 | mis à jour le 25 janvier 2021 à 17:14

La Guinée risque de connaitre de chaudes heures dans les prochains jours. En effet, des veuves d'anciens travailleurs d'Entreprise nationale d'électricité de Guinée (ENELGUI) menacent d'envahir le ministère de l'Énergie.

Pourquoi des veuves menacent de manifester en Guinée

À en croire une information publiée par nos confrères du site Aminata, des veuves de plusieurs anciens employés de la société Entreprise nationale d'électricité de Guinée (ENELGUI) ne sont pas du tout contentes des autorités de leur pays. Il faut savoir qu'elles réclament leur droit après la mise à disponibilité spéciale de leurs époux depuis le 19 mai 1990. Pour exprimer leur colère et leur mécontentement lors d'un sit-in devant le ministère de l'Énergie.

Notre source précise également que les veuves de ces 171 ex-travailleurs d'ENELGUI préviennent qu'elles dévoileront les noms de toutes les personnalités qui empêchent leur rétablissement de leurs droits. La présidente de ces dames, Mme Pascal Elisabeth Keita, soutient que plusieurs démarches menées à la présidence de la République de la Guinée se sont montrées infructueuses. Elle ne manque pas de rappeler que le ministre d'État, le ministre Naby Issouf Kiridi Bangoura a énormément contribué à l'avancement du dossier.

"Mais, très fort malheureusement ce dossier traîne encore au département de l’énergie. Mais, je vous avoue que bientôt les masques vont tomber. Les délinquants véreux dans cette affaire seront cités. Car, nous disposons des documentations y compris les noms des personnes qui bloquent ce dossier", a menacé Mme Pascal Élisabeth Keita, très remontée.

Pour rappel, la mise en disponibilité de 171 agents d'ENELGUI est survenue lorsque la Banque mondiale (BM) a suggéré aux autorités de la Guinée de revoir à la baisse l'effectif des employés de ladite société. Ces travailleurs ont réclamé 30 ans d'arriéré de salaire.

Malgré les démarches auprès de la société Electricité de Guinée (EDG), nouveau d'ENELGUI, l'affaire demeure en suspens.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus