Bénin: Vague de condamnation après l'agression de Ganiou Soglo

Agression de Ganiou Soglo au Bénin : L'ancien ministre de la Défense évoque
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 08 février 2021 à 17:14 | mis à jour le 08 février 2021 à 17:14

L’ex-ministre béninois de la Défense, Candide Azannaï, a réagi à l’agression de Ganiou Soglo, candidat déclaré à l’élection présidentielle du dimanche 11 avril 2021, blessé par balle après une embuscade dans la nuit du vendredi 5 février 2021.

Bénin: L'ex-ministre de la Défense condamne vigoureusement l'assassinat manqué de Ganiou Soglo

« C’est un acte délétère, lâche, inacceptable et incompréhensible ». C’est en ces propos que Candide Azannaï, ex-ministre de la Défense du Bénin, a qualifié l’agression par balle, survenue la semaine dernière, de l’opposant Ganiou Soglo, candidat à l'élection présidentielle du 11 avril prochain au Bénin. Dans le communiqué publié le samedi 6 mars dans la Nouvelle Tribune, l’ ancien allié du président sortant Patrice Talon évoque la thèse d’un « assassinat programmé », qu’il ne manque d’ailleurs pas de condamner avec la dernière énergie.

Dénonçant cet « acte criminel », Candide Azannaï appelle les autorités sécuritaires et judiciaires béninoises à prendre les dispositions nécessaires pour «démasquer les auteurs de cette agression». Ganiou Soglo, fils de l’ancien président Nicephore Soglo, figurant sur la liste des 20 candidats à l’élection présidentielle du 11 avril, a été victime d’une attaque menée par des hommes armés non identifiés, peu avant 20 h dans la soirée du vendredi 5 février.

Selon Jeune Afrique, le fils de l’ancien président Nicéphore Soglo a été agressé alors qu’il revenait d’ un meeting politique à Zinvié, près d’Abomey-Calavi. « Le véhicule dans lequel il se trouvait, a été stoppé par des arbres bloquant la voie. Plusieurs individus – deux à trois hommes ont fait irruption et ouvert le feu. Ganiou Soglo a été touché au thorax », informe le média panafricain. L'incident intervient dans un contexte socio-politique marqué par la précampagne en vue du scrutin présidentiel prévu dans le pays, dans deux mois.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus