Le prince Harry fait revivre sa mère, la princesse Lady Diana

Prince Harry, un aimant rebelle comme sa mère Diana
Par Eugène SAHI
Publié le 15 mars 2021 à 11:05 | mis à jour le 15 mars 2021 à 11:23

Le prince Harry, considéré comme le trublion de la famille royale, l’époux de Meghan Markle, a eu une pensée particulière pour sa mère, la princesse Diana, dimanche, jour de la fête des mères au Royaume-Uni, près de vingt-quatre ans après son décès.

Prince Harry, un aimant rebelle comme sa mère Diana

Ce 1er juillet 2021, Diana Spencer aurait célébré son 59ème anniversaire. Plus de 20 ans après sa mort dans un tragique accident à Paris, ses fils continuent à lui rendre hommage. Ce dimanche 14 mars, marquant le jour de la fête des mères au Royaume-Uni, a été l’occasion pour le prince Harry de rendre un tendre hommage à Lady Diana, sa défunte mère.

D'après les informations d'Omid Scobie, journaliste britannique, l'époux de Meghan Markle a organisé un dépôt de fleurs sur la tombe de la princesse Diana, au sein du domaine d'Althorp, demeure familiale des Spencer, située dans le Northamptonshire, au centre de l'Angleterre.

Mais le jeune homme n'est pas le seul à avoir eu une pensée particulière pour la princesse de Galles. Ses neveux, George, Charlotte et Louis, les enfants de Kate Middleton et du prince William, ont également profité de cette journée pour adresser une émouvante pensée à Lady Di, leur grand-mère. "Chère Mamie Diana, joyeuse fête des mères. Je t’aime vraiment beaucoup et je pense à toi tout le temps. Je t’envoie plein d’amour", a écrit le petit George, 7 ans, dans un message relayé sur Instagram par le Duc et la Duchesse de Cambridge.

Le prince Harry semblait s’être assagi depuis son mariage et grâce à son rôle de père de famille: il n’a, en fait, jamais réussi à rentrer dans le moule, tout comme sa mère Diana, et a fini par renoncer, il y a maintenant un an, à son titre d’Altesse Royale.

Harry et Meghan conservent toutefois leurs titres de duc et duchesse de Sussex.

Henry de Galles est né le 15 septembre 1984 à Londres. Fils cadet de Lady Diana Spencer et du prince Charles, et sixième dans l’ordre de succession au trône, le flamboyant rouquin a gagné très tôt sa réputation. «Les garçons vont bien et apprécient l’école, même si Harry se fait sans cesse remarquer», écrivait sa mère au majordome de Buckingham.

Harry suit la même scolarité que son frère aîné William: d’abord la prestigieuse école Wetherby à Londres, puis la Ludgrove School, dans le Berkshire (sud), avant de rejoindre en 1998 l’élite au collège d’Eton où il ne brille pas vraiment.

Après l’obtention de son A-Level (l’équivalent du baccalauréat), il prend une année sabbatique pendant laquelle il sillonne l’Afrique, l’Argentine et l’Australie. Il travaille notamment au Lesotho pour une association caritative. Revenu au Royaume-Uni, ce grand sportif passionné de rugby intègre la prestigieuse académie royale militaire de Sandhurst en 2005.

Les Britanniques mettaient ses écarts sur le compte de la jeunesse jusqu’à cette soirée de 2005, à laquelle le prince a la fâcheuse idée de se rendre déguisé en nazi, croix gammée comprise.

Une semaine après la diffusion de l'interview explosive donnée par le prince Harry et Meghan Markle, le prince Charles a bien du mal à tourner la page. Selon les médias britanniques, l'héritier du trône a été profondément blessé par les propos des Sussex, mais serait prêt à faire un pas vers eux pour recoller les morceaux.

De son côté, la Reine Elizabeth II aurait prévu d'appeler son petit-fils aux Etats-Unis, non pas pour lui faire des reproches, mais pour tenter de discuter avec lui.




Afficher les commentaires
Articles les plus lus