Burkina Faso: Des terroristes exécutent trois journalistes européens

Des journalistes occidentaux, exécutés au Burkina Faso
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 27 avril 2021 à 20:16 | mis à jour le 27 avril 2021 à 20:16

Trois journalistes européens dont deux Espagnols et un Irlandais ont été exécutés par des terroristes dans l'est du Burkina Faso, a-t-on appris ce mardi de plusieurs médias internationaux.

Burkina Faso: Les 3 journalistes occidentaux enlevés, exécutés

Deux Espagnols et un Irlandais qui travaillaient pour une ONG de protection de la nature, enlevés lors d’une attaque dans le sud-est du Burkina Faso, lundi 26 avril, ont été retrouvés exécutés par leurs ravisseurs, selon des sources diplomatiques et sécuritaires. Sur Twitter, le compte espagnol de Reporters sans frontières a révélé l’identité des deux victimes espagnoles : les journalistes David Berián et Roberto Fraile, “tués alors qu’ils préparaient l’un de leurs grands reportages sur la préservation de la nature”.

L'information sera peu après confirmée par un haut responsable de l'administration Roch Marc Christian Kaboré. « C’est très regrettable, les trois Occidentaux ont été exécutés par les terroristes », a déclaré ce responsable. « Les personnes sur des images diffusées par les groupes armés ont été identifiées comme étant les trois Occidentaux qui étaient portés disparus depuis hier », a-t-il ajouté.

Les attaques sont de plus en plus fréquentes dans cette région du Burkina Faso. Lundi 26 avril 2021, sur l'axe Fada N’Gourma-Pama, des hommes armés, probablement des membres du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), ont attaqué une patrouille anti-braconnage composée de militaires et de gardes forestiers burkinabé, accompagnée de formateurs et de journalistes occidentaux.

L’attaque a été menée par des hommes armés, circulant à bord de deux véhicules pick-up et d’une dizaine de motos, selon des sources sécuritaires qui ont précisé que des armes et du matériel, des motos, deux pick-up et un drone, ont été emportés par les assaillants. Depuis 2015, le Burkina Faso est en proie à une extrême violence de groupes djihadistes qui vivent de trafics, mais aussi d’enlèvements. Si leurs activités se concentrent désormais dans la zone frontalière avec le Mali et le Niger, ils ne cessent de démontrer leurs capacités à étendre leurs menaces.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus